AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Inoue Saru ~ Un singe au-dessus du puits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

The Joker
membre



profil +


Inoue Saru


feat. Satoshi ;; Lycaon

Dossier Complet


Age: 26 ans
Date de Naissance: 23 décembre 1986
Lieu de Naissance: New York (États-Unis)
Aussi connu sous le pseudonyme de: The Joker
Orientation Sexuelle: What does it mean !?
Activité(s): Gardien de nuit dans un temple
Groupe: Citizens


Inside the head


Do you want to know who I am ?

« Je suis sans limite. Je suis hors norme. Je suis irrationnel. Je suis celui qui parle seul. Je suis celui qui rit quand vous êtes blessés. Je suis celui que vous pointez du doigt en faisant des messes basses à votre voisin. Je suis celui qui vous observe quand vous ne le voyez pas. Je suis celui qui n'hésitera pas à vous écraser lorsque cela sera nécessaire. Je suis celui qui ne vous fera jamais confiance. Je suis celui qui envie votre bonheur quand je suis en train de sourire. Je suis celui qui savoure votre malheur quand je suis en train de m'esclaffer. Je suis celui qui vous déteste. Tous. Tous autant que vous êtes.

Peu de choses sont bien utiles en ce monde, y compris les rapports humains. Pourtant j'ai la mauvaise habitude de m'attacher au moindre objet qui m'appartient. Tout ce qui est à moi est à moi, et à personne d'autre. Je ne supporte pas que vous vous immisciez dans ma vie, ni que vous tentiez de posséder mes biens. C'est moi, et moi seul, qui aies le droit de m'immiscer dans vos vies. Vous, jolies poupées et adorables pantins que j'aimerais tant manier avec d'élégants fils argentés. Le monde entier est un grand terrain de jeu, et vous n'en êtes que les objets de mon désir, mes jouets. Qu'il est plaisant d'être au-dessus de vous, de vous observer souffrir, vous enjouer, vous ennuyer en ce bas monde. Vous êtes si vivants, si impulsifs, et parfois je me dis que j'aimerais être aussi inconscient que vous. Mais je n'y arrive pas. Je n'arrive pas à être comme vous. Vous n'arrivez donc pas à m'aimer, n'est-ce pas ? Je vous fais peur, c'est ça ? Tout ce qui est différent est effrayant, ne prétendez pas penser le contraire.

M'avez-vous vu ? Moi et mon grand chapeau. Moi et mes cheveux à la couleur surnaturelle. Moi et mes fausses boucles hirsutes qui encadrent mon visage ovale. Moi et mes petits yeux d'asiatique. Moi et mes sourcils soigneusement épilés qui pointent vers le ciel en me donnant un air étrange. Moi et mon nez court. Moi et mes lèvres épaisses que j'aime couvrir d'un rouge provoquant. Et mes lunettes rondes, ces lunettes qui me cachent, qui me coupent de votre monde trop stricte et trop sérieux. Elles sont dépourvues de verres, remplacés par des miroirs qui reflètent votre impitoyable univers. Je ne suis pas grand, je ne suis pas large, il n'y a rien d'imposant dans ma carrure. Ce n'est pas elle qui vous fait peur. C'est moi tout simplement. Même mon style vestimentaire excentrique passe inaperçu dans votre société, comparé à ma personne et à mes conversations sans intérêt.

M'aimeriez-vous si j'étais comme vous ? Je me pose souvent cette question. N'avez-vous donc jamais de pitié ? Ne peut-on jamais vous faire confiance ? Oh, comme vous êtes cruels ! Rien que pour ça je n'ai pas envie de vous aimer. J'aimerais ne jamais être capable de vous aimer. Vous tous, vous me poignarderez dans le dos un jour, comme toujours, comme toujours... Regardez-moi donc ! Souvenez-vous de moi, que vous m'aimiez ou me détestiez. Lorsque je me serai immiscé dans vos vies, vous ne m'oublierez plus jamais. Comme le joker, je suis peu utile, on se passe volontiers de moi, et pourtant on me connaît. »


Inside the soul


And now, will you listen to my story ?

"Pourquoi à la rubrique de l'état civil, dans le journal, donne-t-on toujours l'âge des personnes décédées et jamais celui des nouveau-nés ?"
Eugène Ionesco - La cantatrice chauve

Un homme d'affaire, si l'on peut le définir ainsi, et un mannequin à ses heures perdues, issue d'une famille aisée. Comment pourrais-je mieux définir mes parents ? C'est à croire que c'est génétique, nous naissons tous avec une cuillère en or dans la bouche ! Mais l'or a un goût amer, à trop l'avoir sur la langue il vous donne envie de vomir. On a envie de s'enfoncer les doigts au fond de la gorge pour que le moindre arrière-goût disparaisse de sa bouche. Vous croyez que l'argent fait le bonheur ? Ah, comme vous êtes drôles ! Bien sûr on peut s'acheter tout ce qu'on veut. Je ne nierais pas que j'aime ça. Mais ce n'est pas de cette façon qu'on peut devenir pleinement heureux. Je déteste mes parents.

Mon père n'a jamais été là pour moi. Ce n'était qu'un nom que beaucoup de monde prononçait avec admiration, parce que son père avait créé une entreprise qui lui avait apporté autant de fortune que de popularité. Mon grand-père s'était installé aux États-Unis, où il avait fondé sa famille avec une américaine, une blanche avec des grands yeux et un petit nez en trompette. Non, je ne suis pas aussi japonais que la plupart d'entre vous. Ma grand-mère paternelle n'est pas issue du pays du soleil levant. Ma mère par contre, oui. Je crois qu'entre elle et mon père, c'était un mariage arrangé. En tout cas, épouser mon père lui a permis de s'installer à New York où elle m'a donné naissance, et où elle a fait preuve d'une décadence sans limite. Elle n'a jamais eu de limites, de toute façon. Vous croyez que je tiens ça d'elle ? Elle n'a jamais vraiment travaillé. Elle a vendu son corps de traînée pour des photographies dans des magazines de mode, elle a dépendu de mon père, elle a fait sa diva à la maison durant les grands fêtes qu'elle y organisait pour s'occuper, puisque son mari invisible, souvent absent, la forçait à s'ennuyer, seule dans notre villa occidentale.

Dans les couloirs sans fin, dans les nombreuses pièces, à travers les murs colorés de la maison, j'ai entendu tant de secrets. Les murmures, les rires, les pleurs, les cris, les souffles de plaisir, je les ai retenus. Il y a eu beaucoup d'hommes chez nous, d'autres que mon père. Mais elle était belle, pourrait-on lui en vouloir d'avoir souhaité profiter de sa jeunesse et de ses charmes ? Oh, si j'avais été une femme, j'aurais aimé être aussi belle que ma mère ! J'ai aimé l'admirer même si je la détestais car elle se foutait de moi. Je n'étais rien pour elle. Elle ne savait même pas qui était véritablement mon père. Elle me l'a dit, oui, un soir où elle était ivre, durant l'une de ces nombreuses soirées où elle invitait des gens bien habillés, de toutes les couleurs, qui ne cessaient de s'empiffrer et de boire. J'étais là, un petit garçon qui observait tous ces adultes décadents. Et alors, elle est venue vers moi, et elle m'a dit avec un rire à vous percer les oreilles : « Oh, Saru, Saru ! Mon pauvre petit garçon ! Si tu savais ! Celui que tu appelles papa, je ne sais même pas s'il est vraiment le tiens ! Si tu savais ! Ils ont été tellement nombreux à me passer dessus, à passer sur ta maman, qu'elle ne sait même pas qui a bien pu la foutre enceinte ! Mais une chose est sure, je me serais bien passée de toi ! Ah-ah ! ».



"Unwisely, Santa offered a teddy bear to James, unaware that he had been mauled by a grizzly earlier that year !"
Tim Burton - James, in The Melancholy Death of Oyster Boy and Other Stories

Adorable lapin, adorable petit lapin, quel fut mon malheur de l'avoir perdu ! Pour mes dix ans, mon père avait enfin daigné me faire plaisir en m'offrant cet animal que je lui avais incessamment réclamé. Il était énorme, blanc et marron, et ses oreilles retombaient vers le sol. J'aimais le lâcher dans la maison, et je le suivais calmement, ou en courant quand il détalait en prenant peur du bruit que je faisais. Je l'ai adoré et mes parents l'ont haït. L'animal importunait mon père par sa naïveté et ses mauvaises odeurs, mais comme il était peu présent à la maison, il ne trouvait pas de moment pour m'en tenir rigueur.  Ma mère, elle, l'avait néanmoins dans les jambes de façon quotidienne. Elle hurlait, gesticulait tel un asticot au bout d'un hameçon, chaque fois qu'elle manquait de trébucher sur mon lapin. « Sale bête ! ». Mais il était gentil, Alfie, il n'en voulait jamais à ma mère de l'insulter. Croyez-vous qu'il ne comprenez pas ? Oh, comme c'était drôle le jour où elle a essayé de l'attraper et qu'il l'a mordue ! Moi, il ne m'a jamais fait de mal. Alfie était mon ami, puisque les autres enfants ne l'étaient pas. Je l'ai choyé, je l'ai aimé, et il m'a été arraché du jour au lendemain.

Oui bien sûr, c'était encore l'un de ses plans machiavéliques ! Je ne suis pas si stupide, et même à dix ans, j'ai tout de suite compris. Quand elle est venue me voir avec une mine faussement dépitée, qui s'est transformée en un sourire cruel et satisfait au fur et à mesure qu'elle parlait, la vérité était évidente. Elle m'a raconté que notre jardinier s'était imaginé que notre jardin était envahi par des nuisibles, alors il avait décidé d'y installer un piège. Et voilà que malheureusement, Alfie, en gambadant sur la terrasse, s'était pris le cou dans le collet ! Il avait essayé de s'en libérer, il avait paniqué, il s'était secoué, et le piège s'était resserré de plus en plus fort jusqu'à l'étrangler. Mais c'était faux. Je ne laissais presque jamais Alfie gambader sans que je le surveille. Et je ne me souvenais pas avoir ouvert sa cage le jour de sa mort. Elle avait donc menti. Elle l'avait tué, et elle avait prétendu que cela avait été un accident. Ce n'était qu'une traîtresse, une garce, et elle avait aussi peu porté mon lapin que moi-même dans son cœur ! La différence, c'était que moi elle n'avait pas le droit de me tuer. Ma mère n'était qu'une menteuse, et je n'ai jamais pu lui pardonner cette trahison.

En-dehors d'Alfie, je n'avais pas d'autres amis. Les humains sont si cruels et si durs avec les mots. Alfie, lui, ne m'avait jamais jugé, c'était un animal qui ne se posait pas de questions, naïf et insouciant. Je l'ai enterré au fond du jardin, avec l'aide du jardinier qui était désolé. Depuis, Alfie a dû sacrément pourrir, mais je ne l'ai pas oublié pour autant. Solitude, ah, solitude, comme tu m'as rongé durant des mois et des mois après ça ! Et comme elle avait été affreuse avec moi, cette mère indigne. Et mon père s'en moquait. Ne peut-on donc jamais faire confiance aux humains ?



"I sent a rose, a blackened rose, but when she pressed it to her breast, it pierced her flesh and left her bleeding"
Duke Special & Neil Hannon - Our love goes deeper than this

Vous avez entendu parler de ce sentiment appelé « l'amour » ? Et bien figurez-vous qu'on me l'a déjà donné, quand j'avais dix-sept ou dix-huit ans ! Elle s'appelait Agatha, elle était rousse et très jolie. Je n'en ai peut-être pas l'air aux premiers abords, mais je suis très sensible face à la beauté. Agatha avait un joli visage de poupée, ses joues blanches étaient parsemées de discrètes tâches de rousseur. Au départ je ne m'intéressais pas du tout à elle. Qu'elle me regarde et tente de m'approcher m'importunait plus qu'autre chose. Mais c'est ma bonne conscience qui a glissé dans mon esprit l'idée de saisir l'opportunité qu'Agatha m'offrait. Elle m'a dit : « Tu n'as jamais eu de copine, même pas de copain. Tu n'as jamais touché qui que ce soit, tu devrais en profiter, elle, elle te donnera tout ce que tu voudras, je peux te l'assurer ! ». Et elle a eu raison.

J'ai tendu une toile pour Agatha, puis j'ai patiemment attendu qu'elle s'y colle, qu'elle tombe dans mon piège, guettant l'apparition d'une faiblesse de sa part pour lui sauter dessus et pour dévorer tout l'amour qu'elle me portait. Je l'ai allègrement dégustée et j'ai adoré ça ! Elle n'a rien vu venir, et lorsque je me suis lassé d'elle, j'ai décidé de m'en débarrasser. Je lui ai donc annoncé que j'avais fais tout le tour de sa personne et de notre relation, que j'avais besoin que notre liaison cesse. Elle a pleuré, elle a beaucoup pleuré, et je n'ai pas été là pour la réconforter car, je m'en doutais, ses amis et ses parents seraient là pour jouer ce rôle à ma place. Seulement Agatha était un peu bornée, elle est revenue à la charge à quelques reprises. Je crois qu'elle n'avait pas compris le fin fond de mes pensées, ou bien elle était masochiste. Cela a été dur de me dépêtrer de cette demoiselle, vous pouvez me croire !

La franchise est ce qu'il y a de mieux pour faire comprendre aux gens ce que vous désirez vraiment. J'ai invité Agatha un soir après les cours, elle était toute excitée. Je l'ai attendue avec un bouquet de roses rouges, dont les tiges étaient couvertes d'épines. C'était une très belle espèce. Quand elle m'a rejoint, je lui ai tendu le bouquet et je lui ai annoncé que c'était un cadeau pour la paix. Je lui ai ajouté qu'il fallait que je lui dise quelque chose d'important : que je ne l'aimais pas, que je ne l'avais jamais aimée, qu'elle s'était fait trop d'illusions, et qu'il fallait définitivement qu'elle comprenne qu'il lui serait inutile d'espérer en obtenir plus de ma personne. Je ne sais pas pourquoi, mais elle l'a très mal pris. Elle s'est mise à crier des phrases incompréhensibles, avec sa voix qui partait dans les aigus pendant qu'elle brandissait le bouquet de roses au-dessus d'elle, pour le secouer d'une façon brutale. Je serais incapable de vous répéter ses paroles, mais ce dont je me souviens très bien, c'est qu'Agatha a finit par me frapper le visage avec le bouquet de roses et qu'une épine a éraflé ma joue. J'en garde encore une légère cicatrice. Elle avait longuement saigné, mais il fallait voir avec quelle violence Agatha m'avait agressé ! Après ça, elle est partie. Elle m'a abandonné sur le trottoir, avec le bouquet de roses en piteux état à mes pieds. Je l'ai ramassé pour le jeter dans une poubelle et je suis rentré chez moi. Visiblement, elle avait enfin compris la leçon car, cette fois-ci, elle a cessé de me fréquenter.



"Jiggery Pokery who was this nobody making me look a buffoon..."
The Duckworth Lewis Method - Jiggery pokery

La vengeance est un plat qui se mange froid. N'est-ce pas ?

J'ai rapidement abandonné mes études. Mon père a eu la bonté de m'employer dans son entreprise. À quoi bon faire des efforts si, dès votre naissance, vos parents ont décidé votre avenir professionnel ! Malgré le fait que je travaillais pour la firme de mon père, je ne le voyais pas plus. Monsieur était toujours ailleurs ! Monsieur était toujours occupé ! Monsieur était toujours appelé par-ci ou par-là ! Jamais disponible. Jamais joignable. Rien à faire, de sa famille. C'était le boulot d'abord.

Chaque soir, après ma journée de travail, je rentrais chez mes parents. Je vivais encore chez eux à vingt ans passés. Une à deux fois par semaine, je déboulais en plein milieu d'orgies. Ma pathétique de mère s'ennuyait tellement chez elle, à ne rien faire, qu'elle invitait des personnalités de "la haute" - comme elle aimait les définir - afin d'occuper ses nuits tout à fait monotones. Si je ne la trouvais pas dans le salon, à se tortiller comme une chatte en chaleur ou à se prélasser dans un canapé parce qu'elle était complètement ivre ou droguée, je savais qu'elle se cachait dans sa chambre ou dans un coin de couloir pour prendre du bon temps avec un homme. Je l'y ai surprise deux ou trois fois. Autant vous dire que ces visions m'ont donné la nausée. Ce type de soirée était une banalité pour moi, jusqu'à ce fameux soir de novembre...

Crise cardiaque. Dans les bras d'un homme. Ou plutôt avec un homme entre ses cuisses. Quelle blague ! Ma mère nous aura joué de mauvais tour jusqu'à son dernier souffle. Je me souviens de ce pauvre homme à moitié nu. Il a brusquement déboulé dans le salon. « C'est affreux ! Je n'sais pas quoi faire ! Aidez-moi ! ». Les autres étaient trop saouls ou drogués pour comprendre ses propos. Il leur a fallut une bonne demie heure, si ce n'est plus, pour comprendre que leur hôte venait de mourir. J'ai tout entendu, je les ai vu paniquer et fuir la maison comme si de rien n'était. Mais je n'ai rien dit. Je me suis couché dans mon lit, et j'ai attendu le petit matin. J'ai attendu que la femme de ménage vienne faire son travail et trouve le cadavre de ma mère. Pour une fois, mon père est rentré rapidement à la maison. C'était uniquement parce qu'il avait peur de ce qu'il adviendrait de son image. Si les gens apprenaient dans quelle posture le cadavre de sa femme avait été retrouvé... Forcément, on m'a interrogé ! Que s'était-il passé dans la nuit ? Qui avait été présent à cette soirée ? Est-ce que j'avais des noms, des visages ? Toutes ces questions ont été un pur délice pour moi. L'occasion rêvée pour détruire ceux qui ne m'avaient jamais aimé.

Les noms, les visages que j'avais retenus. Les soirées d'orgies. Ma mère qui prenait son pied avec d'autres hommes que mon père, parce qu'il était trop absent pour pouvoir la satisfaire au lit. Mon père inconnu, parce qu'ils avaient été justement trop nombreux à passer  sur ma mère pour qu'elle sache qui l'avait engrossée. Tout ! Je leur ai tout raconté. Bien sûr, il y a eu des fuites. Quelle grosse affaire que cette histoire d'orgies et de cadavre dans la maison d'un homme d'affaire auquel on prêtait une image si lisse et si parfaite ! Les médias de la région s'en sont fait un festin. Mon père a sans doute souhaité ma mort. En fait, il m'a mis dehors. Bien sûr il ne l'a pas fait de lui-même ! Il a envoyé ses espèces de sbires pour se charger de mettre toutes mes affaires sur le pas de la porte. Heureusement, par bonté, il m'a laissé une jolie petite somme pour que je puisse partir loin de chez lui. Avec près d'un an de salaire, j'ai pu quitter ces maudits États-Unis. Alors voilà, je me suis enfui au Japon, le pays de mes origines. Un pays que je connaissais très peu à cette époque.



"Let me know when you want to leave this island. Let me know when you want to hear my point of view."
Maxïmo Park - Leave this island

Savez-vous ce que c'est que d'être à côté de la plaque ? Oh ! Imaginez ! J'avais beau avoir une tête de japonais, j'en ignorais presque totalement la culture ! Comment ? Il n'est pas correct de planter ses baguettes dans son riz ? Il vaudrait mieux que j'évite de me moucher en public ? Je vous en donnerais des manières ! Vous tous, dans ce pays décrit comme celui du soleil levant, vous m'avez regardé de travers, surpris, choqués, dégoûtés. Qu'importe. Je me fous de vos minables pensées. Néanmoins je l'admets, j'ai appris à respecter un peu plus votre culture, parce que dans le fond je ne suis pas mal élevé.

Ma vie au Japon fut au départ un véritable paradis ! Mon père, culpabilisant de m'avoir balancé à la rue et craignant de perdre son seul et unique enfant, ne cessait de me contacter par le biais de mails ou de sms afin d'implorer ma pitié. Il déposait régulièrement de l'argent sur mon compte en banque, parce qu'il s'imaginait que la gentillesse et le pardon s'achètent. Oh, je n'en avais que faire de son amour ! J'ai profité de tout ce qu'il m'a donné jusqu'à la dernière goutte. Tout ce que je regrette c'est de ne lui avoir jamais répondu. Cela l'aurait incité à ne pas me couper les vivres du jour au lendemain, sous prétexte que puisque je refusais de reprendre contact avec lui, ça ne valait pas la peine qu'il prenne soin de ma petite personne. Sans le confort de mon cher et tendre géniteur, il m'a fallu trouver un emploi et cesser de jouer les baroudeurs à travers le Japon.

Kyoto fut mon point d'atterrissage. Dans une petite galerie d'art, on y proposait de faire le ménage. J'ai obtenu le poste avec joie, m'imaginant que ce serait un emploi tranquille où il me suffirait de passer le balai lorsque la galerie serait vidée de ses visiteurs. Ah, si j'avais imaginé à quel point il peut être fatiguant de faire le ménage ! C'était une chose dont je m'abstenais volontiers chez mes parents, car nous avions toujours quelqu'un pour le faire à notre place. Il ne m'a fallu que quelques semaines pour être lassé de ce travail, à tel point que j'ai hésité à quitter la ville, voire le pays pour retourner aux États-Unis. Je serais revenu chez mon père et je me serais mis à genoux en m'excusant de ne pas lui avoir répondu plus tôt, que j'étais si mal après qu'il m'ait rejeté que je ne savais plus comment lui répondre, ni comment me montrer digne d'être son fils. Les choses seraient alors redevenues comme avant, et ma petite vie aurait repris son petit quotidien, sans le moindre effort de ma part. Ah ! Inutile de croire cette jolie mascarade. Vous savez quoi ? Je suis finalement resté au Japon, et cela grâce à une charmante demoiselle !

En général, la galerie d'art ne respectait pas les horaires qui étaient indiqués à son entrée. La majorité des visiteurs étaient des habitués, et il n'était pas rare que ceux-ci restent après la fermeture pour passer du bon temps avec le propriétaire. Les soirées improvisées étaient régulières. Parfois, j'avais l'impression de retrouver l'ambiance de la maison de mes parents, lorsque ma mère vivait encore. La seule différence, c'était l'absence d'orgies dans tous les sens du terme. Il m'arrivait souvent de faire le ménage en présence de tous ces gens. Je me faisais alors invisible, fuyant ceux qui tentaient de m'aborder. À vrai dire, je crois qu'il m'était difficile de passer si inaperçu, avec mes étranges manières et tenues.

Je circulais discrètement entre les gens lorsque je la vis. Elle était là, à me fixer avec le sourire aux lèvres. J'ai tenté de la fuir à plusieurs reprises, en vain. Il m'a semblé que la demoiselle était obstinée ! Avec réticence, je l'ai finalement laissée m'approcher. Je n'ignorais pas que c'était mal, et pourtant je l'ai fait. Je me suis ouvert à cette inconnue : je lui ai avoué mon dégoût pour mon emploi et mon souhait de retourner aux États-Unis. Elle m'a écouté en silence. Je me suis dit qu'après cela, elle en aurait assez marre de mes misérables propos pour cesser de s'intéresser à moi. C'était une véritable erreur ! Au lieu de cela, la demoiselle m'a proposé un marché. Elle avait l'air perfide, et je dois avouer que j'ai aimé ça. Je me suis approché d'elle pour l'écouter, et j'ai senti son agréable parfum. Pour être sincère, l'idée que cette créature émanait une étrange sensualité m'a effleuré l'esprit. Elle n'était pas d'une grande beauté, mais ses charmes suffisaient à la rendre séduisante. Avec un hochement de tête, j'ai approuvé sa proposition. Sans un mot, je me suis éloigné. Vous savez, je possède toujours un tube de rouge à lèvres sur moi ! On ne sait jamais, ce type d'objet peut avoir son utilité. Je me suis donc approché d'un des tableaux qui ornaient les murs de la galerie. Comme si j'étais devant un miroir, j'ai couvert mes lèvres d'un rouge sang. Mais ma bouche ne m'a pas suffit. Calmement, j'ai couvert à son tour celle du jeune homme qui était représenté sur la toile, qui se trouvait face à moi. Le modèle était bien plus joli ainsi. Il me donnait envie de me pendre chaque fois que je croisais son regard triste de merlan frit ! Personne n'a su reconnaître mon art ce soir-là, et pour cause, j'ai été viré sur le champ. Seule ma charmante camarade semblait satisfaite de mon œuvre. Qu'importe, je savais que je venais enfin de trouver une raison de ne pas retourner chez mon père.

Elle s'appelle Hisae. Nous avons continué à nous fréquenter, uniquement pour jouer à ce petit jeu auquel nous n'avons donné aucun nom. Chaque fois que nous nous rencontrons, elle me lance un défi. Chaque fois que je réussis à atteindre l'objectif qu'elle m'a donné, elle m'offre ce que je souhaite. J'ai ainsi obtenu un logement confortable, ainsi que le poste de gardien de nuit dans un temple. Ce n'est pas un emploi qui m'oblige à fréquenter les gens, et l'endroit est calme le soir. Je peux me balader à ma guise, il n'y a rien de compliqué à réaliser. Chaque fois que j'ai besoin de quelque chose de nouveau, je n'ai pas besoin de me fatiguer. Il me suffit de faire appel à Hisae. Elle m'offre un défi. Je le gagne, j'obtiens ce que je veux. Jusque là je n'ai jamais perdu, et il est dans mon intérêt que cela continue...



Behind the Screen



Nom ou pseudo: Black Noodle
Prédéfini: [] oui [X] non
Double compte: [] oui [X] Non
Comment t'as connu le forum: Oh, ceci est une longue histoire pleine de péripéties, qui se déroule à travers monts et vallées, en plein soleil à midi trente, et avec une menthe à l'eau à la main...
Autre chose à ajouter peut-être ? Ouiiiiii !! Ça y'eeeeest !! I'm coming to you, hihihiiiiiiii ! =D
Code du règlement: Oui, compris =D Good Game dear, code validé par le Chat ♥



MIDNIGHT WONDERLAND soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif




Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cheshire Cat
nam - fondatrice



profil +

MOZER PHOQUEUR !!
Euuuh, pardon >< Bienvenue ça sonnait vachement mieux xD Comment je suis contente de te voir enfin arriver en enfer parmi nous *O*
Bon courage pour la fin de ta fiche tout ça, tout ça ! *donne des chocolats pour la route et des étoiles filantes clignotantes* /PAN/


I'M SICK TO ASK QUESTIONS TO MY CONSCIENCE FLOODED WITH LIES. CAN YOU SEE IT ? THIS FEELINGS... SILENT AND COLDLY NAILED. TO YOU WHO GAVE ALL TO ME, WILL YOU BELIEVE ME ONCE AGAIN ? WITH MY DISEASE BEFORE KILLING YOU, I WANT TO TAKE BACK BLANK DAYS.
LIVE OR DIE ? ANSWER IS BULLSHIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Joker
membre



profil +

PHOQUE U2 !!! OUH YEAH !!
Autrement dit, merci M. le Chat !   C'est tout autant un plaisir de vous rejoindre dans les flammes de Satan *avait tellement hâte !!!*

Oooouh, you are sekushi sur ta signature !! Grrrrr !!

Par contre, je vous préviens, je n'ai toujours aucune idée de groupe pour mon perso ç_____ç"
*va creuser au fin fond de son crâne pour trouver quelque chose de plausible*



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mad Hatter
illabye - fondatrice



profil +

YEAAAAAAH
POUR LA PENE JE TOFFRE UNE TASSE DE THEEEE KSQIF¨G^*ù*lkjkhj
voila
sinon j'aime les pokémon et les loukoums mais pas tous. Enfin ça dépend. En fait j'en ai jamais mangé. Je voulais dire pancakes au début mais ça rimait pas. en fait ça rime pas non plus.
voila.
BIENVENUE !!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


profil +

Bienvenue chez les fous.
*se pince l'arrête du nez et marmonne* Et encore un taré...

(Ceci est un accueil à la Sachiyo XD bienvenuuuue et pon couraaaaache djddh)
Revenir en haut Aller en bas

Cheshire Cat
nam - fondatrice



profil +

Mais, d'aspect extérieur je suis toujours sekushi moi ! A l'intérieur je suis même f*ckin' sekushi *balance un sceau d'eau froide* (Il est intenable quand il s'y met! *pelle dans la tronche* Aieuuuh ><")

Bref, trêve de plaisanteries xDD T'en fais pas pour le groupe va, tu devrais bien trouver une fois ton histoire complètement rédigée ~ Au pire, du pire, si t'as toujours aucune idée et que ton jeune homme ne devient pas un homme de loi (je sais pas pourquoi mais son petit côté "j't'aime pas, casses-toi" me donne pas l'impression qu'il va en être... ou alors en médecine légale pour disséquer du cadavre ... ou pas... bref... je me tais ><) tu peux toujours le mettre chez les citoyens pour commencer ~ C'est le groupe d'où les gens sont le plus susceptibles de bouger au fil de leur rps en fait ~ Du coup, suivant tes actions et tes rencontres, tu pourras toujours te retrouver du côté des pions ou du White Circus suivant la façon dont avance ton personnage xD
Puis si ça te vas pas et qu'il faut une session brainstorming, on montera une coalition pour te trouver le bon groupe xDDD


I'M SICK TO ASK QUESTIONS TO MY CONSCIENCE FLOODED WITH LIES. CAN YOU SEE IT ? THIS FEELINGS... SILENT AND COLDLY NAILED. TO YOU WHO GAVE ALL TO ME, WILL YOU BELIEVE ME ONCE AGAIN ? WITH MY DISEASE BEFORE KILLING YOU, I WANT TO TAKE BACK BLANK DAYS.
LIVE OR DIE ? ANSWER IS BULLSHIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Joker
membre



profil +

Merci à vous Shin et Sachiyo !!  

*prend la tasse de thé que lui sert Shin*
Un pancake au loukoum vous dirait, mon cher ? J'en ai quelques uns au chocolat et à la confiture de framboises sous le manteau, si vous voulez !
*ouvre sa veste pour les montrer à Shin, et à Sachiyo et Chisei si ça pourrait éventuellement les intéresser* /BAF/

Chisei est, semble-t-il, un chaton régulièrement en chaleur ! xD

Bref, un homme de loi ce serait difficile pour Saru, même si ça pourrait être drôle xD Mais citoyen, comme tu dis ça permettrait de fixer un autre groupe plus tard, c'est plutôt intéressant =D Et pour le métier... Mmmmh.... Il faut que je trouve un job où il n'aura pas de contact humain, car Saru est spécial et très solitaire. J'ai pensé à gardien, mais gardien de quoi ? À voir, à voir... à Kyoto les jardins et les temples sont largement présents, ça pourrait être pas mal... N'empêche que disséquer du cadavre, ou même les enterrer, ça lui siérait à merveilles (il serait capable de discuter avec des morts) xD



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Queen of Hearts
nadeshi-administratrice



profil +

A quand la suite ?! A quand la suiiiite ?! o/

Ah au fait, bienvenue xD Je suis comblée de te voir enfin parmi nous et avec un personnage aussi charismatique mais je savais que je ne serais de toutes façons pas déçue ! Il faudra qu'on se donne rendez-vous plus souvent au saloon =p
Pour ce qui est du groupe, d'après ce que j'ai lu, je me dis qu'il ne serait pas idiot que Saru ait un lien avec le Midnight Wonderland ou du moins avec Hisae (MOA MOA), vu que son pseudonyme est celui d'une carte, ça prête à réfléchir o/
Il ferait aussi très bien dans le paysage du White Circus, vu qu'il aime manipuler les gens, il pourrait très bien leur tirer les tarots et leur prédire l'avenir, on n'a pas encore de Mme Irma dans nos rangs o/
Mais je te lance des idées à la sauvette comme ça hein, c'est juste que vu son caractère et ce qui se dégage de lui, je l'imagine mal simple citoyen même si c'est tout-à-fait envisageable au départ si tu veux voir un peu dans quelle direction te diriger au final ! En tous cas, c'est sûr qu'il ne restera pas citoyen longtemps à mon humble avis x3 Bon courage pour la fin de ta fiche, très plaisante à lire au passage et au plaisir darling ♥


♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥
Sick of all these people talking, sick of all this noise...
Tired of all these cameras flashing, sick of being poised...
Now my neck is open wide, begging for a fist around it...
Already choking on my pride, so there's no use crying about it...
I'm headed straight for the Castle...They wanna make me their Queen...
And I probably shouldn't be so mean...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Joker
membre



profil +

Tu vas pouvoir te repaître, il y a un paragraphe de plus à lire ! xD

Merci, Ô grande Nadeshi ! *se prosterne* (oh oui, il faudra se revoir dans le monde effrayant de Mickey, ahah !)
Contente de savoir que ce personnage te plaît ^^ Ah, tes idées sont super intéressantes ! Par contre, Mme Irma.... mh... J'ai du mal à imaginer que Saru puisse faire ça, ou alors il lui faut de sincères intérêts personnels. Soit il jouera les Irma avec une personne précise, pour la manipuler, soit il jouera les Irma à la demande d'une personne qu'il souhaiterait satisfaire pour l'approcher. L'un dans l'autre, s'il joue les Mme Irma ce ne sera jamais à long terme ; dès qu'il aurait atteint son but, il arrêterait. À quel genre de lien tu penserais pour le Midnight Wonderland ?

Tu sais, je me dis que si Hisae lui proposait un deal qui l'exciterait, ça pourrait marcher. Elle pourrait par exemple instaurer une sorte de jeu entre eux, lui demander de faire des choses pour elle (dans le genre missions ?), et qui sait, lui en demander toujours plus, d'aller au-delà de ses limites. Ça apporterait un peu d'adrénaline à Saru (il va aimer ça, comme un chien qui va chercher le bâton xD)
Raaaaah, les idées germent ! That's exciting !



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Queen of Hearts
nadeshi-administratrice



profil +

Mais c'est que tu commences à grandement m'intéresser sweetheart o/
Alors oui, on pourrait partir sur quelque chose du style : Hisae aurait tenu à avoir quelqu'un sous sa coupe que même ses plus proches collaborateurs du Midnight ne connaîtraient pas et qui lui rendrait des services dans l'ombre, son Joker !
Après, Saru ne saurait bien sûr pas qu'elle est à la tête du Midnight Wonderland, il la verrait juste comme la jeune femme d'affaire friquée qu'elle semble être et qui a besoin d'un tas de petites mains autour d'elle pour bien faire tourner son business.
Je pense qu'entre eux, ça aurait pu débuté par un simple jeu de petits défit ou de mises à l'épreuve alors qu'ils se seraient rencontrés à une quelconque réception/vernissage/trucmuche...Et constatant l'appétit de Saru pour les défis graduellement risqués ainsi que ses talents de manipulateur, elle aurait pu lui proposer de travailler occasionnellement pour elle en étant récompensé de la manière qu'il souhaiterait ensuite, sous couvert qu'il réussisse bien sûr !
En fait, pour Hisae, ce serait comme une sorte d'informateur hors Midnight et aussi un recours efficace quand elle ne veut pas confier telle ou telle mission à son entourage, car en dépit de tout, il est des choses qu'elle tient à garder secrètes et qu'elle ne veut pas que son valet de coeur ou d'autres sachent avant qu'elle l'ait décidé ! Vu que les membres du Midnight sont aussi souvent occupés, elle pourrait demander à Saru de jouer les observateurs, que ce soit au White Circus ou au Black Horse, bref, les tâches à lui confier ne manqueraient sans doute pas...et parfois, ça pourrait même être des défis ridicules style, essayer de lui dégoter de vrais fudges britanniques 'xD
Donc pour conclure, on pourrait dire que Saru pourrait être à la fois informateur, coursier anonyme et littéralement joker de la reine ! En gros, quand une situation l'enquiquine, elle sort sa carte salvatrice de dernière minute et c'est réglé !
En partant de cette idée, je pense du coup qu'ils s'entendraient bien, un peu comme deux compagnons de jeu en fait. Voilà voilà ! Après, depuis combien de temps ça dure, je te laisse en décider dans le fil de ton histoire ou bien on verra ça dans ta fiche de liens o/ Me concernant, ça peut tout aussi bien être récent que de longue date, ça n'a pas beaucoup d'importance !
Bonne fin de fiche ♥


♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥
Sick of all these people talking, sick of all this noise...
Tired of all these cameras flashing, sick of being poised...
Now my neck is open wide, begging for a fist around it...
Already choking on my pride, so there's no use crying about it...
I'm headed straight for the Castle...They wanna make me their Queen...
And I probably shouldn't be so mean...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Joker
membre



profil +

 
Tu ponds des idées géniales !! (rassure-toi, je ne te compares pas à une poule XD)

Je t'envoie un MP de suite qu'on puisse mettre ça au clair plus facilement !! =D
Oh-oh-oh, ça va jouer sur ce que je vais écrire à la fin de son histoire...



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cheshire Cat
nam - fondatrice



profil +

Wesh la nouille o/
Juste un petit mot pour voir où tu en es dans ta fiche tout ça, tout ça ; histoire d'être certaine que tu te sois pas noyée entre temps ! Je t'avais pourtant dit de prendre un tuba quand tu vas te baigner non ?
Bref, t'as compris l'idée n'est-ce pas xD


I'M SICK TO ASK QUESTIONS TO MY CONSCIENCE FLOODED WITH LIES. CAN YOU SEE IT ? THIS FEELINGS... SILENT AND COLDLY NAILED. TO YOU WHO GAVE ALL TO ME, WILL YOU BELIEVE ME ONCE AGAIN ? WITH MY DISEASE BEFORE KILLING YOU, I WANT TO TAKE BACK BLANK DAYS.
LIVE OR DIE ? ANSWER IS BULLSHIT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Joker
membre



profil +

Yo le matou !

Désolé pour cette absence, je pensais avancer plus vite ces derniers temps sur la fiche, mais elle est toujours en cours sur word... Les derniers paragraphes sont un peu squelettiques pour l'instant. Je me booste avant la fin du mois, promis ! Maintenant que j'ai rendu mon dossier préparatoire au mémoire qui m'a faite suer (merci les consignes données une semaine avant le rendu è_é), je devrais [enfin] dégager du temps libre  

Désolé de ne pas vous avoir prévenu pour ce contre-temps =/



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


profil +

Bienvenu ! Ça fait du bien de voir de nouvelles têtes coupées bref en tout cas courage pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas

The Joker
membre



profil +

Merci invité pour l'accueil ! >.<
Désolé du coup, je ne sais pas qui c'était =(

Bref, j'en profites pour vous signaler que j'ai un peu avancé sur ma fiche. Aller, fight, il ne reste plus que le dernier paragraphe ! Désolé par ailleurs d'avoir tant traîné, mais dernièrement j'ai été très peu chez moi (comme d'hab' en fait), et surtout quelques soucis qui m'ont démotivée à faire du RPG... mais je vais veiller à rattraper mon retard le plus rapidement possible  



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Joker
membre



profil +

Bonsoir mes demoiselles et damoiseaux...

Tout d'abord, je suis désolée d'avoir autant trainé pour terminer ma fiche. Après maintes retouches et réflexions sur mon personnage, j'en ai écris le dernier paragraphe, et modifié le milieu qui était déjà présenté ici.

Voilà, j'espère que ça vous conviendra et que ça tient la route ^^'
De même, Nadeshi, si tu vois quelque chose qui ne correspond pas à ce qu'on avait prévu dans le dernier paragraphe, n'hésites pas à le signaler !

Merci les filles et bonne soirée ;)
Et au plaisir - enfin !! - de pouvoir vous rejoindre !


PS : Superbe cette nouvelle version !! ¤.¤



Il n'y a jamais assez de folie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mad Hatter
illabye - fondatrice



profil +



{{ FICHE VALIDEE }}

Toutes nos félicitations pour cette validation et bienvenue parmi nous ! J'ai beaucoup aimé lire ta fiche ! J'ai préféré attendre que tu aies tout fini pour découvrir la bête et je ne regrette pas o/
c'est un personnage très intéressant que tu nous as fait là !! J'ai vraiment trop hâte de voir ce que donne Saru en RP, en tout cas compte sur nous pour te harceler de jolis liens !!

Afin de ne pas être perdu, laisse-nous maintenant te montrer le chemin. Pour commencer, nous t'invitons à remplir et poster ta fiche de liens, n'hésite surtout pas à faire le tour des autres fiches pour te trouver des compagnons de route. Il est aussi utile d'aller remplir sa fiche de topics pour que tout le monde te suive à la trace -en particulier la reine de coeur et ses sbires-. Une fois ceci fait c'est PARTY HARD !
Mais avant ça, il serait bien d'aller faire recenser la date anniversaire de ton personnage dans ce sujet afin que tu n'oublies pas de vieillir quand ton tour arrivera. Tu peux aussi aller lire le Kyôtô Newspaper afin d'être au courant des dernières nouvelles. Bien entendu, si tu préfère regarder ce qu'il se passe plus en profondeur dans ce jeu étrange, tu peux aussi consulter le Midnight Express qui recèle de nombreuses informations et Lewis Carroll pourrait bien fortement apprécier que tu ailles visiter sa boite de pandore  ♥~

Nous te souhaitons un bon jeu en compagnie du Midnight Wonderland et on espère que tu te sentiras comme chez toi ici ! On t'attendra bien entendu sur la CB, dans le Flood et en RP !


HAVE FUN ♥




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Queen of Hearts
nadeshi-administratrice



profil +

Tout cela me semble parfait très cher ♥ Vraiment contente de te voir débarquer en bonne et due forme et à très bientôt en RP ♥


♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥
Sick of all these people talking, sick of all this noise...
Tired of all these cameras flashing, sick of being poised...
Now my neck is open wide, begging for a fist around it...
Already choking on my pride, so there's no use crying about it...
I'm headed straight for the Castle...They wanna make me their Queen...
And I probably shouldn't be so mean...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Inoue Saru ~ Un singe au-dessus du puits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au dessus des nuages: Trouver l'eau fantasmagorique là ou il ne pleut jamais
» Même la nuit on se fait taper dessus
» Quand le singe surpasse l'homme
» Mon voisin du dessus [RP VERSION]
» Mon Voisin du Dessus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIDNIGHT WONDERLAND :: Off with their heads :: We're all mad here :: Autopsie-