AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Miura Kagami || Tweedle Dum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Tweedle Dum
illabye - fondatrice



profil +

Miura Kagami  

"Tweedle Dum"

Age: 30 ansDate de naissance: 13 FévrierLieu de Naissance: KyotoOrientation Sexuelle: BisexuelleActivité: Geisha - Gérante d'une OkiyaAutre: Soeur jumelle de Miura KagerouGroupe: CitizensFeat. : Fan Bingbing


have i gone mad?

Do you want to know who I am ?

Dans ces quartiers de Kyôtô vivant sous les traditions ancestrales, l’art à l’état brut se respire dans chaque recoin. Les lieux sont assiégés par les touristes et pourtant il y demeure de nombreux secrets. Si l’on a tendance à connaitre Kagerou, on connait l’existence de Kagami, sa sœur jumelle. Mais cette dernière reste dans l’ombre volontairement : même si elle est régulièrement demandée, elle ne se rend pas aux événements donnés par ces riches hommes souhaitant être accompagnés des plus belles Geisha de la ville pour faire enfler leur réputation et se préfère cloitrée entre les murs de l’Okiya. Si l’on désire la voir, il faut se déplacer à Gion pour les fêtes où l’on peut voir ces artistes danser ou venir à l’Ochaya mais en aucune façon elle n’accoure vers eux et se montre encore moins aux côtés de quelqu’un. La distance met ces clients d’autant plus en émoi lorsqu’ils la voient pour la première fois. Tout comme sa sœur, sa beauté irréelle les réduit au silence et alors elle demeure seule maitresse du déroulement de ces entrevues. Kagami est secrète, elle ne parle que très peu et lorsqu’elle élève la voix, si ce n’est pas pour chanter, chacun de ses mots sont réfléchis et calculés. Il lui est ainsi facile de décortiquer l’âme de ses interlocuteurs, elle sait mettre le doigt là où ça fait mal en quelques subtiles paroles. Kagami est un miroir, elle reflète les peurs pour les user ensuite à son propre intérêt. Bien d’entre ses clients même les plus robustes n’auraient d’autre choix que de jeter les armes. C’est une femme intelligente, qui n’a pas besoin de se montrer autoritaire pour avoir de l’influence. Mais Kagami a eu bonne formation, elle est maitresse dans l’art de la manipulation et pourrait faire à peu près tout ce qu’elle veut d’une personne. Ces petits oiseaux esclaves de ses caprices qu’elle cajole d’une simple caresse sur la joue lui sont bien utiles, car ils sont des sbires qu’elle relâche en pleine nature et qui viennent lui remonter de nombreuses informations. En complément de Kagerou, les sœur Miura sont ensemble de redoutables armes à elles seules et leur influence n’a de cesse de prendre du terrain d’années en années. Elles gagnent en notoriété, elles grignotent sans en avoir l’air et Kagami sera toujours le reflet de sa sœur dans son désir d’empire. Elle n’a jamais eu de danna, elle espère un jour en avoir un dans le cas où les choses tournent mal pour elles.

Kagami ne s’exprime que très peu, elle est une toile vierge, dépourvue de tâches et que l’on croit tout aussi dépourvue de vices tant elle se montre parfaite. Et pourtant, contrairement à sa sœur qui de ce côté-là sera plus traditionnelle, Kagami s’est déjà abandonnée dans les bras de quelques amants. Ils sont rares ces privilégiés, à vrai dire elle en a eu que trois et les deux premiers se sont tués à sa demande dont un était un pion du Midnight Wonderland.  Elles participent plus ou moins de près à cette horreur qui fait trembler la ville, Kagami s’est trouvé là un terrain de jeu intéressant, elle suit ces actualités et s’implique dès qu’elle en a l’occasion. Pour l’heure et depuis quelques années, les relations avec le Heart Castle semble peu à peu se détériorer. Kagami ne possède pas d’avis sur la question car son seul désir est de voir sa sœur heureuse et accomplir ses objectifs. Après tout elle a une dette envers elle.

Kagami se complait dans cette existence, elle fait vivre sa légende et sa vie comme une véritable œuvre d’art. Puisqu’elle est artiste, elle est passionnée par le chant, la danse, la musique tout cela fait parti de son quotidien. C’est une femme créative, qui aime être démarquée des autres de part sa propre façon d’interpréter l’art d’être une Gesiha en aoutant bon nombre de touches personnelles sur son apparence. D'ailleurs cela ne sera pas forcément au gout des plus traditionnelles qui ne se priveront pas de la montrer du doigt pendant les festival. Mais leur avis lui importe peu car Kagami se veut unique et sait qu'à jamais elle fera des jalouses. Elle aime être désirée, elle aime intriguer et en profite pas mal. C’est une femme douce, aimante, talentueuse, elle regorge de qualités et ne laisse entrevoir aucun de ses défauts, trop parfaite pour être vraie. Et pourtant des défauts elle n’en est pas moins dépourvue. Hormis le tableau sombre que l’on peut dépeindre d’elle sous ce masque trop parfait, C’est une femme fière, impitoyable, mais il n’existe que très peu de personnes qui savent voir son vrai visage. Ces personnes elle les garde près d’elle, du mieux qu’elle le peut, ils sont sa plus grande faiblesse et ceux qui pourraient détruire tout ce qu’elle bâti depuis des années.




Behind the Screen

Nom ou pseudo: Illabye
Prédéfini: [X] oui [] non
Double compte: [X] oui [] Non
Comment t'as connu le forum: FONDAWESH
Autre chose à ajouter peut-être ? non.
Code du règlement: Off with ta head.




TweedleDum
› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tweedle Dum
illabye - fondatrice



profil +

which way I ought to go from here?


And now, will you listen to my story ?


Kagerou & Kagami



Il n’y a pas de sentiment plus effrayant que de venir au monde, même si personne ne s’en souvient c’est une terrible expérience que de découvrir cette agitation, ces lumières, ces sons sous le stress d’une suffocation. Kagami et Kagerou sont parmi les heureuses qui ont pu se soutenir dans leurs premières minutes d’existence. Alors beaucoup diront qu’avoir un jumeau est ce qu’il a de plus merveilleux. Sous l’émerveillant des infirmiers et infirmières, les deux petites ne se lâchaient plus de la main et une fois endormies, c’était comme une promesse qu’elles veilleraient l’une sur l’autre tout au long de leur vie. Enfants non désirées, Kagerou et Kagami étaient le fruit d’une amourette qui n’aurait pas dû prendre une telle ampleur. Instables dans leur couple, la mère était naïve et le père agressif, il n’était resté avec qu’elle parce qu’il pensait que c’était la seule chose à faire et que la demoiselle allait pouvoir subvenir à ses besoins financièrement car des deux elle était la seule avec un emploi. Mais des jumelles…IL était déçu en voyant cela, d’abord parce qu’il aurait voulu un petit caïd mais qu’en plus en étant deux elles allaient prendre deux fois plus de place qu’un seul – et oui, la logique. Ainsi il était hors de question pour lui de s’occuper de ces deux monstres qui pleuraient au beau milieu de la nuit, il ne s’en approchait pas, il ne les voyait d’ailleurs que rarement et c’était très bien comme cela. Leur mère ne supportait pas la situation mais l’amour étant plus fort que tout, elle espérait que cet homme finirait par devenir quelqu’un de bien. Elle rêvait d’un tableau parfait, qu’ils puissent aimer leurs filles ensemble et au lieu de cela, leur présence l’éloignait d’elle. Qu’avait elle fait pour mériter telle malédiction ? La jeune mère sombra dans une dépression, regrettant de ne pas avoir fait le nécessaire pour ne pas tomber enceinte et s’occupait des gamines sans plus de conviction.

Le taudis dans lequel elles grandissaient était infecté de champignons et d’insectes. Il y avait là un véritable relâchement, un manque de motivation mais la plupart du temps elles étaient chez la voisine car la mère était trop ivre pour s’en occuper. Quand elles étaient au domicile familial, les petites s’amusaient avec les cadavres des bouteilles d’alcool. En grandissant le père ne pouvait plus les éviter mais la simple vision de ces petites filles lui donnait la même nausée que quand il voyait des cafards. Sa seule solution était de les écraser. IL commença alors très tôt à les frapper, voire les battre quand elles faisaient des bêtises. Mais privées d’éducation, les sœurs ne pouvaient s’épanouir comme elles le devaient. D’ailleurs elles ne furent pas scolarisées, car ils ne souhaitaient pas mettre de l’argent dans des fournitures scolaires et des vêtements et songeaient plutôt par finir par les abandonner une fois qu’elles seraient suffisamment grandes pou se débrouiller seules. Fort heureusement leur amour l’une pour l’autre rendaient cette situation moins terrible qu’elle n’en avait l’air, toutes les deux dormaient dans les bras l’une de l’autre en se racontant des petites histoires pour s’endormir.

Un jour, ce fut le tour de Kagami, empoignée violemment par son père alors qu’elle avait fait tomber son verre d’eau par terre, l’homme sous l’effet de l’alcool faillit commettre le pire. Il s’empara de ciseaux, ignorant les pleurs de la jeune fille âgée alors de sept ans et l’emmena dans la salle de bains. Sous les cris de sa sœur, alors que l’homme cherchait à défigurer la fillette, Kagerou s’était emparée d’un couteau et dans sa colère lui enfonça la lame dans le dos. Sauvée grâce à sa sœur, Kagami la pressa, elles devaient vite partir, s’en aller le plus loin possible et chercher de l’aide pour qu’aucun mal ne leur soit plus jamais fait. Il leur avait alors suffit de tendre la main dans le petit panier à l’entrée pour prendre les clefs de l’appartement. Leur mère ivre morte n’avait rien entendu et n’entendit pas non plus la porte se refermer derrière. Vêtues de large tshirts cintrés par des rubans, les deux fillettes marchèrent main dans la main à la recherche d’un endroit où se réfugier. Elles restaient courageuses, ignorant les regards intrigués des passants, la tête baissée et demandèrent asile dans un endroit qui leur inspirait confiance. Dans ce quartier de Kyoto, Gion, elles furent ainsi recueillies par une Okiya qui leur donna le bain, à manger, des vêtements et un confortable futon. Elles avaient déclaré ne pas vouloir rentrer chez elles, effrayées. Aux yeux de la loi, la gérante n’eut d’autre choix que d’appeler la police mais les jumelles prétendirent ne pas connaitre leur nom de famille. Aucun avis de recherche n’avait été fait dans les jours qui suivaient, ces deux petites filles n’avaient ainsi ni père ni mère. L’okasan de l’Okiya accepta de les prendre en charge et de les intégrer comme apprenties afin qu’elles ne soient pas envoyées dans un orphelinat.


A new dawn



Elles avaient un nouveau foyer, heureuses, les deux jeunes filles commençaient leur apprentissage, n’ayant jamais imaginé un jour avoir tel privilège. Le simple fait d’avoir des chaussures et des vêtements à leur taille était un véritable luxe. Une nouvelle vie commençait, leur vraie vie. Kagerou et Kagami devaient d’abord apprendre les bases de la gestion d’une Okiya à savoir comment laver, où ranger, que faire et quand. Leurs premières tâches étaient ingrates mais on leur avait appris que tout le monde devait passer par là. En parallèle, elles avaient le droit d’apprendre la danse, le chant, la musique. Elles étaient d’excellentes élèves, assidues, appliquées. Leur beauté naturelle faisait des jalouses, mais elles n’avaient pas besoin d’alliées puisqu’à elles deux elles savaient qu’elles étaient capables de tout. Une nuit en secret, cachées sous leurs draps, elles se firent le serment d’éliminer toute personne se trouvant sur le chemin ou qui les empêcherait d’aller là où elles voulaient. De bien sanglantes paroles dans la vie de jeunes filles comme elles, mais le monde autour d’elles leur importait peu, ce qui comptait le plus c’était elles et elles seules. Elles allaient devenir les meilleures Geisha que le Japon n’ait jamais porté. Elles rêvaient déjà d’empire, de gloire et de puissance, mais avaient tellement souffert d’être opprimées, rabaissées, maltraitées qu’il ne pouvait en être autrement.

Elles brillaient et faisaient tellement parler d’elles qu’elles faisaient déjà de l’ombre aux maiko alors qu’elles ne l’étaient même pas encore. On plaçait beaucoup d’espoirs en elle et leurs professeurs n’avaient de cesse que de les encourager. Elles étaient les favorites, les petites prodiges, elles impressionnaient par leur grâce et leur élégance naturelle, elles étaient faites et façonnées pour cette vocation artistique et nul ne pouvait le nier. L’okasan veillait tout de même à ne pas précipiter les choses bien au contraire, elle plaçait beaucoup d’espoirs en elles et savait qu’elles allaient lui rapporter beaucoup d’argent.

Les petites diablesses attiraient la jalousie, si bien qu’il y avait beaucoup de conflits, de coups bas qu’on leur portait dans le but de les freiner. Mais Kagerou et Kagami savaient répliquer, faire en sorte que le mauvais sort se retournent contre celles qui osaient vouloir se mettre en travers de leur chemin. Une maiko mourut mystérieusement, s’étant jetée du toit, deux autres furent virées pour prostitution après que l’okasan ait découvert des photos et l’on ne comptait plus le nombre d’apprenties qui arrêtaient là leur apprentissage, ne méritant pas d’aller plus loin. Il n’y avait jamais rien pour le prouver, mais Kagerou et Kagami étaient toujours derrière ces manigances là. A côté de cela, elles continuaient de rendre leurs professeures fières.

C’était un véritable luxe que de se retrouver là, mais il n’y avait pas de place pour la concurrence pour elles. Beaucoup pensaient qu’elles finiraient par se manger dans les pattes mais il n’en avait jamais été ainsi. Personne ne pouvait les monter l’une contre l’autre. Elles demeuraient deux âmes sœurs, deux sœurs fusionnelles et complémentaires liées solidement contre le reste du monde. On tenta de les dénoncer comme diaboliques mais l’okasan savait qu’il ne s’agissait là que de pure jalousie, elle-même ayant été une élève particulièrement appréciée. Alors elle savait que cela ne venait que de mauvaise foi et avait fini par faire interdire toute plainte contre ces deux jeunes filles. Elle avait sermonné les apprenties pendant un début de classe, accusant les autres d’êtres mauvaises tandis que les deux jeunes filles avaient un fin sourire sur les lèvres. Déjà jeunes elles étaient expertes en manipulation. Des deux, c’était Kagerou que l’on entendait le plus parler car Kagami était plus réservée. Mais cela ne l’effaçait en rien, elles étaient égales sur tous les niveaux.

Arrivées à quinze ans, elles devinrent Maiko, mais cela n’était qu’un début puisqu’elles espéraient vite devenir Geisha. Néanmoins, cela sonnait l’heure de leur gloire et elles avaient hâte d’en mettre plein la vue.


A Dream



Toutes deux avaient leur oneesan, qui veillaenit à ce qu’elles mettent bien en pratique tout ce qu’elles avaient appris alors qu’en cette nouvelle étape de leur carrière, elles étaient enfin autorisées à sortir. Leur première soirée fut sans nul doute la plus marquante car l’on attendait avec impatience ces nouvelles maiko qui promettaient d’avoir un bel avenir en tant que Geisha. Kagami avait l’impression d’être du poisson frais sur un stand, elle préférait d’embléee l’intimité de l'ochaya privée rattachée à leur okiya plutôt que ces réceptions que donnaient ces hommes d’affaire fortunés. D’autant plus que ces regroupements ne rassemblaient pas que des japonais, mais il y avait aussi quelques étrangers qui pensaient sans doute qu’elles avaient des penchants à la prostitution. Leurs deux oneesan avaient pris le risque de les emmener toutes les deux ensemble. Seules elles se faisaient remarquer mais toutes deux réunies, l’attention ne se portaient que sur elles. Elles étaient belles, désirables, on les admirait et Kagami jura avoir vu sa protectrice grimacer de frustration. C’était un fait, elle aussi allait finir effacée par leur présence et pour cela, elles n’avaient pas eu besoin d’élever la voix.

Mais ce fut d’autant plus important par leurs danses, leurs chants, Kagerou se démarquait également par sa présence, sa facilité de communication tandis que Kagami cultivait un certain mystère, une retenue qui attirait les hommes comme des aimants. Si bien qu’elle frissonna d’horreur lorsqu’un américain vint à poser sa main au niveau de sa cuisse. Elle le rossa d’un coup d’éventail sur le dos de la main et alors on n’osa plus la traiter comme une vulgaire chose venue pour distraire. Kagerou et Kagami amenaient l’art et la manière d’être futures Geisha à un tout autre niveau. Il arrivait même qu’elles se fassent servir, bousculant les traditions dans un coin, les deux jeunes femmes étaient reçues comme de véritables impératrices.

En rentrant, cela eu vite fait de tomber dans les oreilles de l’okasan qui ne se fit pas prier pour leur rappeler qu’elles n’étaient pas sensées attirer autant l’attention sur elles. Les deux maikos s’excusèrent platement, déclarant avoir mis en pratique tout le bon apprentissage qu’elle leur avait permis d’avoir. Bien sûr il n’aurait pu en être autrement : elles étaient si précieuses, si uniques, tellement douées qu’on ne pouvait pas les restreindre à simplement tenir compagnie. Bien sûr les deux jeunes femmes s’étaient excusées pour la forme et une fois couchées, elles en discutèrent longuement. Elles avaient aimé être admirées, même si Kagerou semblait bien plus motivée que sa sœur à continuer. Sans que cela ne soit étonnant, elles discutèrent aussi d’un moyen de se débarrasser de leurs oneesan afin que ces dernières cessent de les freiner et d’épier leurs moindres faits et gestes.

Un soir, alors qu’elles étaient encore de sortie, elles avaient pris soin de ne pas les emmener ensemble au même endroit, mais cela ne changeait absolument rien. L’oneesan de Kagami était fière Geisha, une des meilleures de son rang et avait quitté toute sa vie pour se faire à cette vocation. Elle n’avait eu de cesse de répéter à Kagami qu’elle n’avait pas intérêt de lui voler la vedette parce qu’elle avait encore sa sœur, tandis qu’elle ne vivait que pour cela. La jeune maiko l’avait deviné avant qu’elle ne lui rabâche, car cette dernière était une acharnée au travail et s’était mise à pleurer le jour où on lui avait dit qu’elle n’était pas prête à être maiko afin d’attirer la pitié de l’okasan. C’était une histoire ancienne, que Kagami n’avait pas connue, mais certaines histoires demeuraient au sein de l’okiya comme de véritables légendes. Elle n’en avait que faire, elle ne serait que de passage dans sa vie et ne comptait plus sur ses bons conseils. Elle souriait, lui disait oui, lui promettait de se faire discrète mais cela n’était que pour la forme. Elle l’ennuyait, elle allait s’en débarrasser.

Comme prévu Kagami se faisait discrète mais cela était plus ou moins naturel chez elle. Elle n’avait pas besoin de faire la conversation que le débat était figé sur sa beauté et son élégance, tous les hommes venaient à faire eux-mêmes la conversation en lui posant des questions. Toujours aussi admiratifs aux côtés de cette créature, Kagami réussi à s’approprier l’attention de l’homme que son oneesan convoitait. Ce dernier était venu subtilement s’asseoir à côté d’elle, hypnotisé. Kagami feignait d’être intimidée, afin de pousser le vice et qu’il vienne à tenter encore plus d’avoir son attention. Elle avait bien compris qu’il ne cherchait qu’à assouvir ses fantasmes charnels dans les bras d’une Geisha et les penchants quelques peu dominateurs faisaient que Kagami attirait particulièrement son attention par sa petite comédie de la jeune femme effarouchée et qui ne pouvait se permettre telle posture que de répondre à ses avances.

Son oneesan prétendit avoir besoin d’air, elle emmena alors Kagami de force et la comédienne montra un regard effrayé aux hommes, comme suppliant de la sauver. Puis elle fut emmenée à part, elle se prit une gifle en plein visage.

« Espèce de petite trainée !! Tu n’as pas le droit de faire cela ! »
« Rends-toi à l’évidence que tu n’es pas à la hauteur, oneesan. »
« Quoi ?! » Fit elle choquée d’entendre ces mots dans la bouche de Kagami, elle qui s’était toujours faite sage.

Kagami étira un large sourire, étouffant un rire moqueur. C’en était trop pour son oneesan, elle bouscula alors Kagami. Cette dernière tomba au sol et attisa le feu en tapant dans les pieds de la Geisha pour la faire tomber sur elle. Furieuse, la Gesiha prit place sur ses hanches et vint à poser ses mains sur le cou blanc de la maiko. Alors Kagami n’eut qu’à hurler un bon coup pour attirer l’attention sur elle. Des hommes vinrent les séparer, tirant son oneesan pour qu’elle cesse de l’étrangler. Kagami se réfugia dans les bras de cet homme que celle-ci aimait, tremblant pleurant, elle déclara que celle-ci avait voulu la tuer et qu’elle avait cru mourir.

La police prit suite à cette affaire, puisque Kagami avait porté plainte, son oneesan fut contrainte de quitter l’Hanamachi parce que plus personne ne voulait d’une Geisha violente. Elle se suicida quelques jours plus tard, on la retrouva pendue avec sa chemise en pleine rue.


Crimson Moon



Devenues Geisha après la cérémonie du mizuage, les jeunes femmes devinrent enfin Geisha, pour le plus grand malheur de la concurrence. Cette cérémonie n’était plus faite comme autrefois où il était nécessaire de vendre la virginité de la maiko pour rembourser la dette accumulée auprès de l’okasan. Désormais ce n’était qu’une cérémonie de passage où elles laissaient le col rouge pour le col blanc, confirmant qu’elles étaient désormais Geisha. Kagami et Kagerou eurent droit à une même cérémonie, puisqu’elles voulaient toujours tout faire ensemble et que l’on ne pouvait les séparer. Il y avait bien du monde ce soir là, l’okasan était heureuse de pouvoir de nouveau sortir ses plus beaux vêtements et aller vanter le mérite des deux nouvelles Geisha.

Ainsi la malédiction des Miura elle fut occultée par l’imposante présence des Geisha. Elle qui était autrefois célèbre et reconnue, c’était à peine si on se souvenait d’elle désormais. Mais pour Kagerou et Kagami c’était là le début d’une nouvelle ère, elles avaient passé un nouveau palier mais n’avaient pas fini de monter. Les mois qui suivirent furent tout aussi emplis de gloire pour elles, elles étaient demandées partout et Kagami avait fait le choix de rester simplement à l’Ochaya et ne sortir que pour les événements où elle pouvait danser sur scène. Un choix que l’okasan n’avait pas approuvé mais la Geisha ne lui avait pas laissé le choix. Quoi qu’il en soit, cela doubla le chiffre d’affaire de l’ochaya puisque l’on se précipitait pour voir Kagami. L’okasan jusque là avait souvent continué de prendre des clients en restant à l’ochaya. Mais elle était tout comme les autres, inexistante désormais.

La jalousie avait déjà commencé à la happer alors qu’elle se rendait compte de l’ampleur de leur influence sur ces hommes riches qui parfois venaient des quatre coins du monde. Mais c’était loin d’être fini, car les Geisha avaient depuis longtemps remboursé la dette de leur éducation et n’y étaient restées que dans l’attente de devenir Geisha. On leur envoyait de somptueux kimonos, de nombreux cadeaux et l’on ne comptait plus les demandes pour être leur danna. Les deux Geisha les refusaient toutes, elles dirigeaient leur monde comme bon lui semblait et l’okasan n’avait même plus son mot à dire. Elles avaient changé bien des choses dans le fonctionnement de l’okiya qu’elles jugeaient désormais beaucoup trop traditionnelle et peut adaptée pour le succès qu’elles avaient. Elles exigèrent que l’on fasse agrandir l’Ochaya, leurs chambres respectives étaient les plus luxueuses. L’okasan avait toutefois encore autorité et ne se gênaot pas pour les frapper dans ses moments de frustration. Cette dernière parfois allait jusqu’à faire annuler les spectacles qu’elles voulaient donner mais finissait toujours par le regretter amèrement. Les jumelles lui rendaient la vie difficile, et ces dernières n’avaient de cesse que de souligner l’ingratitude de leur okasan alors que cette dernière vivait bien surtout grâce à elles.

Et lorsque les jumelles eurent assez de ce petit jeu, elles assassinèrent la vieille femme, l’étouffant avec un oreiller pour la porter dans une lente et douloureuse agonie dans la suffocation et n’eurent pas de mal pour se débarrasser des corps. Elles avaient de nombreux yakuza à leurs pieds et ce soir là elles inventèrent toute une histoire pour ne laisser aucun soupçon planer sur elle. Stimulant un appel à l’aide, les yakuza vinrent assassiner la dernière Geisha de l’Okiya qu’elles avaient fait porter pour responsable et ainsi elles faisaient d’une pierre deux coups. Ils se débrouillèrent pour faire disparaitre les corps, jurant de protéger ces deux sœurs et furent remercier d’une simple tape sur l’épaule avec un large sourire. Cela semblait leur suffire, il suffisait de leur faire croire qu’ils s’étaient attiré leurs faveurs par ce simple geste.

Le spectacle se termina sur cette note dramatique, elles restèrent les deux seules Geisha héritières de l’Ochaya. L’ère Miura venait enfin, elles avaient gagné et désormais se devaient de se montrer à la hauteur de leur empire. Plus rien ne pouvait les arrêter. Les apprenties étaient sélectionnées avec soin, moins nombreuses, elles devaient êtres talentueuses mais ne devaient pas faire de l’ombre à leurs ainées. Elles veillaient particulièrement à ce point là et n’hésitaient pas à foutre en l’air leur carrière si ces dernières ne leur étaient pas obéissantes. Il était difficile de surpasser les Miura tant par leur beauté que par leur talent mais ces dernières n’avaient confiance en personne. Ces années là furent paisibles et leur succès continuait de leur apporter richesse et influence. Elles étaient néanmoins loin d’être le principal centre d’attraction de la ville, mais comptait bien finir par le devenir.


Tweedle Dee & Tweedle Dum




Les Miura n’avaient pas fini de faire parler d’elles, critiquées adulées, elles faisaient ce qu’elles voulaient et changeaient nombreux aspects des Geisha. Il restait la base mais il était évident qu’à leur niveau elles pouvaient tout se permettre qu’il n’y avait que les conformistes que cela gênaient ou aurait pu gêner puisque tout n’était pas sensé être su. Il était d’ailleurs mal vu pour une Geisha d’entretenir des relations charnelles avec les hommes, là-dessus tant que ça ne se savait pas les moutons étaient bien gardés. Kagami avait à ce moment là une liaison avec un homme riche, qu’elle préférait garder sous secret pour ne pas rependre la rumeur qu’elle était accessible et qu’un chanceux était parvenu à poser les yeux sur son corps. La Geisha ne le faisait pas par amour mais par pur plaisir et par envie de pousser le vice toujours plus loin. Cet homme était beau, riche, il la rendait reine avec tous ses cadeaux et elle faisait tout ce qu’elle voulait de lui. C’était un PDG d’un grand groupe influent sur la ville de Kyoto et alors Kagami pouvait influencer toutes ses décisions. Lorsqu’elle fut repue de lui, elle lui demanda de se tuer, chose qu’il fit après de sombres heures à l’implorer. Elle en eu un second, qu’elle s’accapara par pur caprice, faisant en sorte qu’il tombe fou amoureux d’elle et s’amusa à le détruire jusqu’à lui faire connaitre le même sort que le premier.

Kagami avait trouvé un nouveau terrain sur lequel jouer, mais les sœurs Miura n’étaient pas au bout de leurs peines car leur influence vint forcément faire grincer des dents d’autres grandes personnalités de la ville. A commencer par le Midnight Wonderland qu’elles n’eurent pas de mal à assimiler au Heart Castle puisque c’était une question de jalousie sans aucun doute. Hisae voyait son influence s’amenuiser, les Yakuza étaient à leurs pieds et son petit jeu faisait beaucoup moins fureur dans les journaux de la ville. Elles étaient un obstacle à la terreur qu’elle voulait semer et la solution fut alors de les faire entrer dans le jeu pour être certain qu’elles n’aillent pas plus loin. Elles s’étaient alors toutes deux retrouvées inconscientes, cette fiole dans les mains, ce collier au cou. A leur réveil ce fut comme un véritable cauchemar, car ni l’une ni m’autre n’avait souvenir des visages de leurs agresseurs. Il y avait seulement ce parchemin, ces noms inscrits en lettres de sang et leur angoisse. Pour la première fois elles sentaient que ce ne serait pas facile pour elles et se demandèrent même si elles ne devaient pas plutôt abandonner plutôt que courir le risque de mourir.

Des mois d’angoisse s’en suivirent, Kagami eu à l’Ochaya des clients particulièrement étranges et Kagerou revint un jour mutilée. Leur règne s’était assombri, on ne les voyait plus autant et l’Ochaya fermait assez régulièrement.

Mais elles étaient déterminées à ne pas se laisser sur le déclin et invitèrent la Reine de Cœur dans leur Okiya afin d’entamer des négociations. Bien sûr elle avait prit soin de s’entourer de dangereux bourreaux que Kagami pu reconnaitre en les ayant eu en tant que clients. Les Miura ne se laissèrent pas intimider ni dominer. Kagerou menait la discussion, Kagami elle, se contentait d’observer, de les détailler chacun leur tour sans la moindre gêne depuis sa place et croisa notamment le sourire de l’un d’entre eux. La Reine ne pouvait étouffer leur présence de Kyoto, même avec ce jeux, elles auraient toujours des gens pour les réclamer et même pour venir les venger s’il leur arrivait malheur. Alors il fut conclut d’un accord, les Miura se proposèrent d’exécuter un ennemi d’Hisae afin de montrer leur bonne fois en échange de quoi elle leur apporterait sa protection. Et pour cela, elles furent intégrées au jeu non plus en tant que pion mais en tant que personnage à trouver et pour surveiller les pions pour elle. L’accord signé, on leur retira les cadenas et les Geisha demeuraient Tweedle Dee et Tweedle Dum sans les inconvénients.

Un soulagement pour les jumelles lorsqu’ils furent partis. Alors la vie pouvait reprendre son cours, l’ennemi à abattre fut tué les heures qui suivirent. Les nuits devinrent alors moins en proie à l’angoisse, l’Ochaya rouvrait ses portes et les deux jumelles continuaient de faire parler d’elles. Toutefois leur popularité avait clairement perdu du terrain face au Heart Castle, elles veillaient à tempérer jusqu’à ce que cela ne finisse par lasser Kagerou. Kagami se doutait que cela allait finir par arriver mais elles demeurèrent sages le temps de prendre leurs marques.

Cela dura trois ans durant lequel elles conservaient ce voile de mystère et désormais elles l’étaient tout autant pour le Midnight Wonderland. Tous n’étaient pas au courant de la manière dont elles s’étaient habilement extraites du jeu et elles eurent ainsi bon nombre de pions qui venaient chercher conseil auprès d’elle. Un jeu qui bien sûr plaisait à Kagerou puisque cette dernière était plus habile politicienne et savait autant se faire craindre qu’apprécier par Hisae. Kagami quand à elle n’avait jamais rien à leur dire et souvent conduisait les pions à leur perte. Cela lui importait peu, elle avait d’autres attaches beaucoup plus intéressantes avec le Midnight Wonderland et préférait largement fréquenter les personnes que les pions. Du moins pour les quelques uns qu’elle avait pu rencontrer, ils étaient pour elle de fascinantes personnalités qu’elle se plaisait à vouloir décortiquer. Au départ elle faisait cela avec la volonté de les briser et pour certains plus que d’autres elle se prit à son propre piège. Notamment avec le Cheshire Cat qui avait fini par être son amant et qu’elle ne s’était jamais cru pouvoir réellement apprécier. Il était un allié, un très bon allié mais le savait tout aussi dangereux pour elle qu’elle pourrait l’être pour lui et gardait un œil particulièrement sur ses agissements.

Elle cessa ses manœuvres laissant le temps s’écouler avec l’espoir que leur popularité reviendrait à faire briller Kyoto sans avoir à s’attirer plus de problèmes. Et alors elle fut surprise d’apprendre que Kagerou avait accepté la protection d’un homme comme son danna, elles qui es avaient toujours refusés en ne les trouvant pas assez bien pour elle ou pas assez intéressants. Car ce n’était pas la richesse du danna qu’elles recherchaient contrairement à la majorité des Geisha, elles étaient suffisamment aisées pour se payer les plus beaux kimonos quand elle ne se les faisait pas spontanément offrir par leurs soupirants. Ainsi, Seong Yi Min, le danna de sa sœur n’était autre que le Leader du White Circus. Kagami fut surprise par cette annonce, car le white Circus était notamment un groupe opposé au Midnight Wonderland. Elles jouaient sur deux terrains finalement et Kagami s’était attendue à des réprimandes de part ce retournement de veste. Kagerou leur obtenait de nouveaux alliés et comptait visiblement s’en servir contre Hisae. Il ne se passa rien de la sorte, Hisae ne semblait pas se méfier de cette soudaine alliance comme si ce n’était que purement culturel. Cela jouait en leur faveur, à quelques détails près que Kagami ne savait pas réellement quoi penser de tout ceci. Elle ne s’oppose pas aux choix de sa sœur, elle la soutient même mais sait que le moment venu elle se devra d’agir pour les sauver elles deux ou pour éviter de perdre certains contacts durement acquis.




TweedleDum
› © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conteur
pnj



profil +

Présentation Validée



Toutes nos félicitations pour cette validation et bienvenue parmi nous ! Ouais, toi aussi t'as le droit à ton épreuve de validation, c'est comme ça e.e Puis la je parle pour rien dire, mais faut remplir le trou qui sert à ça u.u
Magnifique comme toujours, la geiko est encore et toujours au top de ce qu'on peut attendre :p


Begin at the beginning



Afin de ne pas être perdu, laisse-nous maintenant te montrer le chemin. Pour commencer, nous t'invitons à remplir et poster ta fiche de liens, n'hésite surtout pas à faire le tour des autres fiches pour te trouver des compagnons de route. Il est aussi utile d'aller remplir sa fiche de topics pour que tout le monde te suive à la trace -en particulier la reine de coeur et ses sbires-. Une fois ceci fait c'est PARTY HARD !
Si tu en éprouve l'envie, libre à toi d'ouvrir un journal de bord afin de nous faire part des avancées et péripéties que ton personnage aura rencontré.
Tu peux aussi aller lire le Kyôtô Newspaper afin d'être au courant des dernières nouvelles. Bien entendu, si tu préfère regarder ce qu'il se passe plus en profondeur dans ce jeu étrange, tu peux aussi consulter le Midnight Express qui recèle de nombreuses informations et Lewis Carroll pourrait bien fortement apprécier que tu ailles visiter sa boite de pandore ♥~
En cas de perte de mémoire et de questionnement intempestif, n'hésite pas à refaire un tour dans la chronologie du forum et consulte aussi souvent que tu le souhaites les détails de notre jeu d'échec

Nous te souhaitons un bon jeu en compagnie du Midnight Wonderland et on espère que tu te sentiras comme chez toi ici ! On t'attendra bien entendu sur la CB, dans le Flood et en RP !

Le Staff ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Miura Kagami || Tweedle Dum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miku Kagami
» Le réel niveau de Kagami par rapport aux miracles.
» LE FRONT [Reiko Yuzu, Kagami Kuchiki, Isako Takki]
» Kagami Taiga - uc
» Hazuka & Kagami, le revers de la medaille - Cyborgs à temps complet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIDNIGHT WONDERLAND :: Off with their heads :: We're all mad here :: Affaires Classées-