AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Kurushima Kiba - Try to shot me down ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

The Fox
nadeshi - administratrice



profil +


Kurushima Kiba


feat. Kifumi ;; BORN


Dossier Complet


Age: 22 ans
Date de Naissance: 12 Juin
Lieu de Naissance: Iga
Aussi connu sous le pseudonyme de: The Fox (Bitch!)
Orientation Sexuelle: Femmes, je vous aime !
Activité(s): Shinobi du White Circus, bras droit de son proxénète de cousin et défenseur de ces dames…S.A.F (sans activité fixe mais les mauvaises langues disent que c’est le larbin du Loup, ce qui n’est pas si éloigné de la vérité).
Groupe: White Circus

Inside the head


Do you want to know who I am ?

TURN ON THE RADIO IF YOU DARE : #

“I am shadow, I am a hero with a buggy whip ! - I am tomorrow, I am a pirate on a Devil ship !”

Caractère : Que dire à part que Kiba partage un nombre infini de points communs avec le personnage de fable qui lui colle à la peau ?
Quand on rencontre Kiba pour la première fois, il renvoie l’image d’un type dans le vent quoique clairement dark dans son apparence, populaire, agréable et plein d’humour mais qui n’hésite pas à se la jouer de temps en temps et surtout à draguer tout ce qui possède des seins dans un rayon d’environ 400 mètres. Inutile de vous dire qu’en réalité, le renard est bien plus compliqué que ça…C’est simplement qu’il ne tient pas à faire étalage de sa vie merdique dès lors qu’il quitte l’enceinte du White Circus. Kiba n’a jamais été du genre à broyer du noir, en dépit de tout ce qu’il a pu vivre, c’est quelqu’un de résolument optimiste qui se dit que chaque nouvelle journée peut apporter son lot de nouveautés et de trucs sympas. Même si il conserve suffisamment de lucidité, de second degré et d’ironie pour se dire que les trucs moins sympas lui pendront aussi toujours au nez. Mais justement, comme il ne peut rien y changer, Kiba a jute décidé de passer outre, d’esquiver. L’une de ses spécialités. On ne pourra cependant pas lui reprocher de ne pas honorer sa condition de shinobi, ces derniers ne suivant pas le code du bushido contrairement aux samurai et privilégiant toujours la fuite à la confrontation directe.

« Un peu de bon sens, quoi ! Si vous êtes un assassin mandaté en secret, vous n’allez pas vous la jouer Rambo et défoncer tout le monde au grand jour en mode Sparta, si ? »

En somme, Kiba sollicite souvent les excuses de dernière minute pour se tirer d’une situation délicate. Il déteste se justifier ou argumenter durant des heures, non pas qu’il n’ait pas de répartie, mais si ça peut lui faire économiser du temps pour faire quelque chose de plus constructif, comme gratter trois accords sur sa basse ou dire des mots doux à une damoiselle ; il vous laissera en plan sans même que vous ne l’ayez vu filer. Et c’est encore plus vrai quand Kiba pressent qu’il va passer un sale quart d’heure (ou qu’une fille va lui demander de sortir avec lui, la question à laquelle il a toujours envie de répondre « joker »). Bien qu’il soit plutôt très bien rôdé en matière d’arts martiaux, il en fait très rarement usage pour castagner ou se défendre, ce n’est pas dans sa nature. Surtout quand son adversaire apparaît plus redoutable que lui. Pour autant, il ne se considère pas lâche mais au contraire réfléchi et civilisé. Une affirmation qui se casse un peu la figure quand on sait qu’il peut vite prendre la mouche si on le titille là où ça fait mal…Oui parce que, entendons-nous bien. Dans l’esprit de Kiba, fuir quand un gros bras ou un des leaders du White Circus vous a promis une beigne, c’est faire preuve d’intelligence ! Mais, ne pas venir en aide à une damoiselle en détresse, ça c’est être une lavette !

On en arrive  ainsi à souligner un second point de sa personnalité et pas des moindres, son amour inconditionnel pour la gente féminine. Bien qu’il accumule les « salop », « goujat », « menteur » et autres gentils sobriquets de la part de ses anciennes conquêtes, Kiba ne se considère pas comme tel et ne cherche jamais à faire souffrir les filles qu’il fréquente, ou du moins pas consciemment. Bon, c’est vrai qu’elles sont un peu nombreuses et que ce qu’il a promis à l’une, il lui arrive de le promettre à une autre parce qu’il a oublié entre-temps ! Mais voilà, il s’avoue être faible mis face à une fille qui lui plaît et dieu sait que les profils appréciés sont nombreux, Kiba fait très peu de discriminations. Il peut apparaître un peu désespérant de ce côté-là, car s’il a une affection sans bornes pour toutes les filles qu’il connaît, il sera toujours infoutu de dire s’il est amoureux de l’une d’entre elles ou non. Sûrement de peur d’avoir à faire un choix ou de se tromper, ou de faire miroiter à la cible en question qu’ils vont se mettre en couple, avoir deux enfants et un chien…Disons que Kiba a de nombreuses raisons de ne jamais se prononcer même quand il pense éprouver plus que de l’affection pour une demoiselle, il craindrait aussi qu’elle se fasse enquiquiner par les autres filles voire qu’elle devienne un énième bouc émissaire de son cousin, chose qu’il ne pourrait tout simplement pas digérer…On va dire qu’il ne se pense pas digne d’avoir un rôle de petit ami, peu importe sa future copine, elle méritera toujours mieux.

« Ben oui, soyons un peu réaliste, vous voulez que je réponde quoi à des questions du style, tu habites où ? Dans une fête foraine glauque mais je te rassure j’ai ma propre caravane o/ (clodo mode on) Et tu fais des études ? Plus vraiment, j’ai suivi des cours pour devenir shinobi mais maintenant je suis dans le commerce du sexe (mytho + gros dégueulasse mode on). »

Sûrement parce qu’il a grandi parmi ses trois sœurs, Kiba s’est toujours senti mieux en compagnie de filles qu’en compagnie de garçons, il apprécie leur calme, leur délicatesse et leur douceur ; les voit comme des fleurs de verre fragiles qu’il ne faut jamais brusquer et qui ne demandent qu’à ce qu’on prenne soin d’elles. Ainsi, il est très protecteur avec ces dames et si il a tendance à les courtiser, ce n’est pas tant pour les attirer dans son lit que pour les assurer qu’elles sont belles. Ce comportement lui vaut d’être le chouchou d’un grand nombre de prostituées qu’il a pour mission de surveiller lors de leurs passes, il trouve ces femmes très courageuses et les respecte, écoute volontiers leurs misères quand elles les lui confient. Bref, il n’a rien du mac crapuleux, ce qui le place comme parfait antagoniste de son cousin sur ce plan-là.  

A la réflexion, ils ne partagent pour ainsi dire aucun point commun malgré qu’Asahi ait été un modèle pour Kiba dans sa FOLLE jeunesse. Non, aujourd’hui, malgré qu’il ait un goût prononcé pour les films gores et la musique metal, Kiba ne partage en rien les convictions et surtout la cruauté de son cousin, qu’il trouve juste abject, comme la grande majorité des gens sûrement. C’est pour ça qu’il supporte rarement qu’on le désigne comme « faire-valoir » ou « bras droit » d’Asahi car il a alors l’impression qu’on lui prête la même perfidie qu’à son cousin. Kiba a beau souvent être farouchement opposé aux actes du Loup, il ne peut tout simplement rien faire pour les empêcher alors qu’on attend souvent de lui qu’il intervienne ou qu’il raisonne ce dernier. Et c’est dans ces moments-là qu’il se sent le plus démuni car face à Asahi, il s’écroule comme un château de cartes, sachant de quoi son cousin est capable à sa propre encontre si jamais il tentait quoi que ce soit. La vérité est que sous ses allures de jeune premier insouciant, Kiba se sent piégé et supporte cette situation tant bien que mal à force d’habitude.
Bien sot est celui qui pense qu’il n’a rien craindre du Loup…Kiba est peut-être celui qui est menacé le plus directement par les griffes d’Asahi, tout simplement parce qu’il est sensé lui obéir au doigt et à l’œil et que tout échec est soldé par des représailles exemplaires. C’est pourquoi il désespère d’être le bureau des pleurs pour les victimes de son cousin, lui-même en étant une, il aimerait leur crier qu’il ne peut pas les aider mais essaye malgré tout. On va dire que dès qu’il le peut et que ça ne le place pas en trop mauvaise posture, il s’arrange pour faire capoter les magouilles du Loup, au lieu de les encourager.

Parlant de coup fourré, un renard qui ne serait ni malin ni fourbe à ses heures n’en serait pas vraiment un. Kiba peut se glisser facilement dans la peau de n’importe quel personnage pour atteindre ses buts, un talent directement hérité du Hensojutsu, une discipline renvoyant presque au théâtre pour travailler l’usurpation d’identité et l’aptitude au déguisement ; et qui fait partie intégrante du cursus d’un shinobi. Ainsi au besoin, il peut s’improviser menteur professionnel et faire gober n’importe quoi aux gens qui ne le connaissent pas.
Ensuite, même si on ne le soupçonne pas au premier abord, Kiba est quelqu’un de très vif d’esprit et de logique qui saura trouver un moyen d’arranger une situation quelconque à son avantage après seulement une minute de réflexion. Et qui est plutôt clairvoyant pour démasquer les vraies intentions des gens, surtout depuis qu’il s’est fait superbement roulé dans la farine par son cousin. On va dire cependant que sa vigilance est inversement proportionnelle au bonnet de soutien-gorge de son interlocuteur…Ainsi il sera beaucoup plus doué pour entourlouper les hommes que les femmes. Inutile de se demander pourquoi !

“Que vous êtes jolie ! que vous me semblez belle !
          Sans mentir, si votre voix cristalline
          Se rapporte à votre blanche poitrine,
    Vous êtes la Naïade des hôtes de cette ville. »

Précisons pour finir que Kiba n’est pas le même en société et dans l’intimité. A l’extérieur, il aime se montrer dynamique et plein d’assurance, en mode beau gosse activé ! Mais dès qu’on creuse un petit peu, on se rend vite compte que le garçon rêveur et timide qu’il était avant de débarquer à Kyôto n’a pas totalement disparu et qu’il peut se montrer incroyablement posé et amant de passe-temps calmes. Car oui, Kiba n’est pas toujours à headbanger sur du Rob Zombie quand il a du temps libre ! Lire tranquillement un magazine ou un bouquin d’arts martiaux que beaucoup jugerait chiant comme la pluie peut l’occuper pendant des heures. Le fait est qu’il ne pourrait pas vivre constamment dans la cohue nocturne de Kyôto après avoir été en ermitage dans les montagnes d’Iga jusqu’à ses 17 ans. Même si bien sûr, faire la fiesta reste l’un de ses passe-temps favoris.
Kiba demeure un boute-en-train dont l’humour n’a pas vraiment de limites même si il sait se montrer sérieux quand les circonstances l’exigent et adapter ledit humour à son auditoire. S’il est toujours mignon quand il s’adresse à des filles, il peut virer noir et très salace. Car après tout ce qu’il a dû endurer, il faut bien avouer que Kiba est difficilement impressionnable sans pour autant être insensible. Il a juste une résistance assez élevée face à tous les aléas de la vie et s’il se plaint, ce sera toujours dans son coin en maugréant pour lui tout seul. Très rarement vous le verrez  quémander du soutien car d’une part, il est persuadé qu’à son stade, personne ne peut grand-chose pour l’aider et qu’en plus, il préfère qu'on vienne de soi-même le cajoler. Parce que ne rien dire ne veut pas nécessairement dire ne rien attendre. Et c’est pour se persuader de l’affection que les gens éprouvent pour lui que Kiba fait rarement le premier pas quand il se sent triste. Un état d’esprit qui le prend d’assaut sûrement plus souvent qu’on ne le pense et que lui-même le laisse paraître.
On pourrait donc dire en conclusion que Kiba est une sorte de réincarnation de Cry Baby, un mauvais garçon sans en être un qui a le cœur sur la main mais qui sait efficacement se servir de sa tête et de ses aptitudes pour se sortir du pétrin. Un opportuniste pouvant agacer autant qu’attendrir, une sale bestiole qu’on aimerait quand même avoir comme peluche.    

Physique : Vous avez sûrement déjà vu au moins un film d’arts martiaux dans votre vie ? Vous vous souvenez comment les héros étaient gaulés ? Eh bien, transposez ça dans la réalité et vous obtiendrez Kiba…enfin, à peu de choses près ! N’aimant guère manier les armes, Kiba excellait plutôt dans les disciplines furtives ou ne préconisant que la défense à mains nues, aussi il fait figure de poids plume parmi les combattants et présente une musculature sûrement moins marquée, mais restant tout de même suffisamment visible, même quand ses muscles sont décontractés. En somme, on remarque d’office en le voyant que c’est un sportif, surtout parce qu’il se ballade souvent au choix bras découverts, ventre à l’air ou cuisses apparentes…En effet, Kiba reste un jeune homme qui apprécie plaire et connaissant l’adulation que les filles prêtent aux visualeux habillés légers et « à peine » androgynes, il a décidé d’en jouer. Il n’est pas frileux alors autant en profiter !
Pour parler plus avant de sa garde-robe, nous la dirons assez hétéroclite au niveau de la forme des vêtements et des matières mais marquée par les couleurs sombres et le noir en tête de liste. S’il s’affiche davantage dans des atours visual kei tirant souvent vers le punk, Kiba reste avant tout un fan de METAL, et ainsi, vous ne le verrez jamais arborer des fanfreluches style dentelles ou paillettes. Il apprécie les bijoux foncièrement masculins ceci-dit, quasiment tous en argent et sobres. Mais l’accessoire sans lequel il se refusera toujours à sortir demeure sa queue ! Non bande de pervers, pas sa queue…l’autre queue ! Enfin bref, une sorte de porte-clefs très voyant sous forme de fausse queue de renard qui est presque devenu son emblème. Il en possède sûrement plus d’une pour pouvoir changer au gré de ses envies et n’apprécie guère cette manie que TOUT le monde a de lui tripoter sa queue…Oui, vous m’avez compris, l’autre ! Pas la vraie ! C’est quand même le prolongement de son âme…Plus sérieusement, cet objet fétiche a tendance à tranquilliser Kiba et il ne saurait pas vous dire pourquoi. C’est comme la peluche que vous gardez pour dormir, hein, vous en avez besoin mais ça ne s’explique pas ! Eh bien là, c’est pareil !

Ainsi je pense que vous avez bien saisi l’allure de l’oiseau (pardon, du renard !) mais attaquons-nous au domaine capillaire. Aimant à changer de pelage avec les saisons (ou simplement quand il l’a décidé !), Kiba a déjà fait subir quelques nombreux tourments à ses cheveux. Lui arrivant en-dessous des omoplates au départ, il a commencé par les teindre d’un roux éclatant qui lui a valu son surnom de Fox mais par la suite, il a voulu rompre avec cette couleur symbolique. Quittant alors son panache flamboyant pour des coupes davantage punk, incluant côté du crâne rasé, mèches noires parfois tranchées d’un blanc argenté, petites tresses et autres piques, en s’arrangeant quasiment toujours pour avoir une grande mèche de biais lui cachant une partie du visage. Ses cheveux sont en tous cas toujours coiffés en volume et ont un aspect ébouriffé, sauf quand il décide d’en lisser une partie pour faire une coiffure asymétrique. Et maintenant, pour plus de commodité, il n’hésite pas à privilégier les rajouts colorés, notamment turquoise, cendre ou « raton laveur » comme il appelle ça, avec une alternance de bandes noire et crème.  
Côté piercing, Kiba en a seulement aux oreilles dont des stretchs relativement discrets de 4 mm, et pour l’instant aucun tatouage. Il ne fait pas l’impasse non plus sur le maquillage pour compléter son image de street boy gothique et agrandit ses yeux fins par de gros contours charbonneux qui se poursuivent quasiment jusqu’aux tempes. Il est aussi partisan du vernis à ongles noir et des lentilles de couleur en arborant souvent des turquoise pétantes ou encore des grises. Pour en revenir à sa morphologie que nous avons dû éluder au début, Kiba n’est pas un immense gabarit, il peine à atteindre les 1 m 70, new rocks à la rescousse ! Rien à dire sur sa peau, peut-être plus pâle que la moyenne vu qu’il est habitué à travailler dans l’ombre (jeu de mots de ouf !) et au niveau du visage, un faciès un peu aplati qui lui donne souvent l’air un peu fatigué, ses yeux n’étant même plus des amandes mais des pétales de marguerite ! Aucun doute sur ses origines asiatiques c’est clair ! Sa bouche, elle aussi fine lui donne un air à la fois malicieux et enfantin quand il l’étire en un sourire. Si on ajoute à ça la forme ronde de son visage présentant des joues peu creusées et des pommettes adorables, il n’a que peu de mal à passer du froid ténébreux au jeune adolescent kawaiiii =3 Tout dépend de son expression !

Goûts en quelques mots-clés :

Aime > Brains, boobs & rock’n roll o/ = traduit, cela donne films de zombies et films gores plus généralement, avec pas très loin derrière le cinéma d’épouvante, pour le second terme, pas besoin de vous faire un dessin (inclure ici, liste non exhaustive de chériestropbellestupeuxpastest) et pour le dernier, cela inclue pas mal de styles de musiques au final mais surtout le metal américain et au sommet, ROB ZOMBIE ! Le groupe adoré de votre ami renard, qu’il écoute souvent à fond dans sa caravane, pour le plus grand plaisir de ses « copains », il en est sûr ! Kiba apprécie également faire mumuse avec la basse qu’il a décidé de s’offrir, il ne se débrouille pas si mal pour un autodidacte mais ça ne vole pas haut non plus. Quand il a l’opportunité d’y jouer, Kiba apprécie beaucoup les jeux vidéo, plus spécialement les survival horror et les jeux de baston, il n’est d’ailleurs pas impossible que vous le rencontriez dans une salle d’arcade !
Il ne crache pas sur la lecture tant que ça peut lui apprendre des trucs utiles, mais les romans, bof, certains mangas passent bien par contre et les animés qui vont avec (le hentai oui mais pas que ! Certains shonen aussi, sans compter le yuri…*zbaf*). Il apprécie toujours s’entraîner pour garder la forme et ne pas perdre ce qu’il a appris sur le dojo, ce qui inclue au minimum une heure de sport par jour sur laquelle il a du mal à faire l’impasse. Question nourriture, Kiba mange absolument de tout et apprécie faire bonne chair en général. Mot de la fin : do not touch my FOX TAIL (même si c’est trop fluffy et que tu vas en mourir !)

Déteste > Les loups parce que c’est vraiment barbant et que ça fait mal, les roses, parce que ça pique ces conneries, les acteurs de comedia dell’arte mal léchés parce que ça prend la tête puissance 1000…bref, les emmerdeurs qui ne sont jamais contents et se prennent pour les maîtres du monde ! Kiba déteste aussi qu’on s’attaque à plus faible que soi devant ses yeux, en particulier quand la victime est une fille, ce qui le place souvent en ennemi des branleurs et des machos. Ensuite, en dehors de ses délires avec Haruka, il n’apprécie guère qu’on le surnomme Foxy et qu’on sous-entende qu’il est gay, lui qui voue un culte au sexe opposé.
Malgré qu’il soit habitué à ce qu’on fasse une fixette sur son porte-clefs en fourrure, Kiba avoue en avoir un peu soupé que tout le monde s’y accroche, c’est pas difficile à trouver en boutique pourtant ! Pour finir, n’ayez jamais la cruauté de le traîner dans un karaoké, il trouve qu’il a une voix horrible quand il chante et saigne des oreilles dès qu’il entend de la j-pop, si si !

Inside the soul


And now, will you listen to my story ?

« D'où vient que personne en la vie
N'est satisfait de son état ?
Tel voudrait bien être Soldat
A qui le Soldat porte envie.

Certain Renard voulut, dit-on,
Se faire Loup. Hé ! qui peut dire
Que pour le métier de Mouton
Jamais aucun Loup ne soupire ? »

Kurushima…Un nom connu, peut-être même trop connu, une famille sur laquelle des traditions ancestrales avaient trop profondément apposé leur empreinte, jusqu’à en écœurer ses plus jeunes membres, les transformant ainsi en renégats de la société parmi les pires. Une disgrâce qui devait encore aujourd’hui faire enrager son père au point qu’il en soit devenu invivable et faire sangloter sa mère discrètement une fois qu’elle se trouvait seule. Kiba se faisait calmement cette réflexion tandis que la fumée de sa cigarette allumée défilait devant ses yeux, attirés par une flaque d’eau sombre au sol ; et dans laquelle se reflétaient les multiples lumières du quartier dynamique de Pontochô, une fois la nuit bien avancée. De temps à autre, il jetait une oeillade à gauche pour s’assurer que les filles ne se faisaient pas emmerder, mais ce soir plus que tout autre, il n’avait pas la tête à bosser, ni même à plaisanter ou à draguer.
C’était bien la toute première fois depuis qu’il avait quitté Iga qu’il éprouvait de tels remords et qu’il se disait qu’il avait peut-être fait la connerie du siècle. Si on lui avait dit à l’époque de quel entourage il s’acoquinerait à Kyôto, il en aurait tout simplement ri avant de poursuivre sur sa lancée, n’en croyant pas un traître mot. Le pire étant que son père, malgré tous ses défauts, avait su voir clair en Asahi dès le départ et avait cherché à l’en préserver. Peut-être de la mauvaise manière mais avec le recul, Kiba se disait que son père avait davantage pensé à sa sécurité plutôt qu’à la pérennité de son école. Il n’avait de toutes façons jamais vraiment su si ses parents avaient une réelle affection pour lui ou si elle était seulement monnayée par ses efforts pour devenir le meilleur disciple et le digne héritier de la Kurushima Ryu. Sûrement un mélange des deux…A quoi bon s’en soucier de toute façon ? Aucun retour en arrière n’était possible maintenant et même si Kiba se surprenait à éprouver un manque de sa famille, il n’aurait jamais eu le courage mêlé d’audace de retourner à Iga. Il craignait bien trop leur réaction et surtout, il était tenu en laisse par son rapace de cousin...Il ne pouvait tout simplement plus quitter Kyôto à moins qu’Asahi ne se lance à sa recherche et rende son existence encore plus pénible qu’elle ne l’était. Parfois, Kiba se demandait même si il n’aurait pas préféré continuer à se tuer à la tâche au dojo plutôt qu’obéir aux quatre volontés d’une enflure de première catégorie. Et le pire était qu’Asahi n’était pas le seul à qui il devait rendre des comptes…Au moins, s’il était resté à l’école, les seules choses qu’il aurait eût à craindre auraient été les éclats de voix de son paternel et quelques coups de baguette en bambou occasionnels pour le stimuler. Peut-être un ou deux bains d’eau glacée également. Mais tout aussi désagréables que pouvaient sembler ces traitements, ils n’étaient vraiment rien comparés aux passages à tabac hebdomadaires et surtout aux menaces quasi permanentes que Kiba devait maintenant essuyer. Il y avait d’ailleurs fort à parier que sans son mental d’acier encouragé par l’enseignement reçu dans sa ryu, Kiba n’aurait sûrement pas mis longtemps à se taillader les veines, devenir junkie ou à boire comme un trou, voire les trois combinés.

Il espérait vivement que Kagome avait tiré une meilleure carte que lui en quittant elle aussi le carcan familial. Il se demandait vraiment ce que son aînée était devenue. Tout comme il se demandait à quoi pouvaient maintenant ressembler Chiyo et Iwa, qu’il n’avait pas vu  depuis plus de cinq ans. Un sourire triste étira ses lèvres tandis qu’il se revoyait avec ses deux plus jeunes sœurs essayer de trouver des passages secrets près du château d’Ueno. La ryu en était toute proche et malgré l’affluence touristique toujours assez forte à cet endroit, ç’avait demeuré leur terrain de jeu favori, sans compter la petite rivière en contrebas où ils avaient découvert une grotte. Malgré qu’elle soit de la taille d’un terrier de tanuki, elle les avait toujours impressionnés quand ils étaient plus jeunes. Leur mère leur avait une fois raconté que c’était la bouche ouverte d’une tortue géante transformée en pierre pour avoir mangé jusqu’au dernier poisson de la rivière, devenue alors un ruisseau. Ceci très longtemps avant que cette région ne devienne le repaire des premières grandes familles de shinobi.

~*+______________°__FLASH BACK__°______________+*~
Sans enjoliver, on pourrait dire que l’histoire des Kurushima commence à la manière d’un film historique pour se poursuivre jusqu’à nos jours et virer en drame. Combien de fois Kiba avait entendu son père lui rabattre les oreilles avec les soi-disant péripéties de son ancêtre, un ninja qui dans le courant du XIIIème siècle avait concouru à l’élaboration de la grande école d’Iga, spécialisée dans l’enseignement du ninjutsu, jusqu’à ce que l’un de ses descendants fonde sa propre ryu au XVIIIème siècle. Celle-là même qui se léguait depuis de génération en génération au fils le plus doué, un héritage empoisonné car difficile à transmettre et empreint d’une certaine injustice qui avait depuis lors divisé la famille Kurushima, à chaque nouvelle succession. Mais aucun différend ne fût plus amer que celui qui opposa Takahide et Satoshi, respectivement père de Kiba et père d’Asahi, des frères ennemis depuis l’enfance, poussés à être constamment en compétition.
Malgré son assiduité et sa dévotion à toutes épreuves, Takahide n’était pas privilégié comme héritier car plus jeune et laborieux que son aîné, qui de manière proprement rageante arrivait toujours à ses fins sans suer sang et eau. Insolent et hautain, il n’obéissait que quand il lui plaisait et n’hésitait pas à se moquer ouvertement de son frère, jusqu’au jour où, pour le plus grand bonheur de ce dernier, il fit un écart de trop.
C’est lors d’un repas qu’il annonça sans l’ombre d’une honte qu’il avait pris la décision de partir en ville étudier les sciences politiques, avouant qu’il n’avait jamais apprécié le ninpô et ne voulait certainement pas finir reclus dans cette école perdue en pleines montagnes. Impossible alors de décrire avec les mots justes la folie furieuse qui s’était emparée de leur père. La table avait été renversée d’un revers de main, souillant l’antique tatami et le maître s’était jeté sur son disciple chéri comme pour le tuer de ses propres mains. Takahide avait tenté tant bien que mal de s’interposer mais avait très vite été écarté, tout comme sa mère qui s’était récoltée la gifle du siècle en essayant de protéger son fils aîné. Jamais un tel capharnaüm n’avait envahi les lieux d’ordinaire emprunts de calme et de solennité. Après un combat qui semblait avoir duré une éternité, le maître fût laissé à terre par son traître de fils qui, couvert d’ecchymoses et le visage rougi de sang ne demanda pas son reste pour prendre ses affaires et quitter la ryu dans la foulée. Sans même faire ses adieux au reste de sa famille.

On ne reparla plus de cet incident, comme si Satoshi n’avait jamais existé, complètement renié par ses parents, en particulier son paternel devenu infirme suite à cette infamie. Et c’est ainsi que Takahide pu enfin aspirer à avoir la place qui lui incombait et devenir le futur maître de la Kurushima Ryu. Il fit à partir de ce jour absolument tout pour prouver à son père qu’il en serait digne mais ne reçut jamais vraiment sa bénédiction ou sa reconnaissance. Le vieux maître s’éteignit aigri, apparemment incapable de témoigner à son fils cadet quelque gratitude car rongé jusqu’à l’os par la trahison de son fils aîné. Ce dernier qui contre toutes attentes avait réussi à percer dans le domaine qu’il avait choisi. Bannissant toutes formes envahissantes de technologie, les Kurushima avaient su tout de même via les journaux que le fugitif était entré en politique après obtention de son diplôme. Où avait-il trouvé l’argent pour ses études ? Comment avait-il fait pour gravir les échelons aussi vite ? Personne n’en savait rien mais il fallait croire qu’il était né sous une bonne étoile.

Jetant sans vergogne ces nouvelles aux flammes, Takahide malgré qu’il n’ait même pas encore atteint ses 25 ans à l’époque était devenu aussi amer et conservateur que son défunt père, nourrissant une rancœur sans précédents pour Satoshi. Marié à une descendante de la glorieuse famille des Momochi, il ne désirait qu’une chose, faire prospérer la ryu et la laver de tous déshonneurs. Mais le destin allait le décevoir en lui offrant trois filles et seulement un garçon, le désignant ainsi comme héritier d’office, avec l’immense épée de Damoclès que ça supposait. Et pourtant dieu sait que l’aînée, Kagome, aurait pu faire un excellent maître si son père avait daigné lui donner sa chance. Mais il était catégorique, la ryu se passait de père en fils et uniquement de père en fils, une exception à cette règle pourrait offenser les dieux protecteurs de la famille. Devant de tels discours, les quatre enfants n’avaient aucun mal à être décontenancés et à aspirer à plus de liberté, à vivre avec leur temps plutôt que dans ce recoin sauvage où leurs amis du voisinage se comptaient sur les doigts d’une main. Mais cela contribua à les rapprocher et à les rendre très soucieux des uns et des autres.
Kagome était à la limite de remplacer leur mère dans l’inconscient collectif car beaucoup plus présente et soucieuse de leur réussite. Si elle n’avait pas été là, nul doute que Kiba n’aurait jamais eu les épaules pour supporter l’entraînement et toutes les attentes que pouvait avoir son père à son égard. Souvent le soir alors que sa grande sœur lisait un énième roman policier, il entrait épuisé dans sa chambre sans prononcer un mot et allait simplement s’allonger à côté d’elle, la tête calée sur sa cuisse. A la seconde où il sentait les doigts fins de Kagome se poser sur ses cheveux, il plongeait dans un profond sommeil. Chiyo et Iwa, ses deux cadettes partagèrent leur chambre avec lui jusqu’à ce qu’il atteigne la préadolescence, ainsi, il passa beaucoup de temps en leur compagnie, à jouer, leur lire des histoires, les serrer dans ses bras les soirs d’orage, réparer leurs poupées ou encore brosser leurs cheveux incroyablement longs. Chiyo était toujours habillée en bleu et écume quand Iwa portait de petits kimonos brodés de nymphéas rose persan et d’or. Quand elles dévalaient la colline, leurs chevelures de fées malicieuses voletant derrière elles, le temps semblait se figer. Kagome pour sa part arborait très peu de kimono ou de yukata et retenait toujours ses cheveux en un chignon parfait, préférant restée vêtue à la mode masculine, comme le disciple qu’elle était. Quelque chose que son père ne voyait pas d’un œil très bienveillant mais il n’avait jamais pu faire plié sa fille.

Pour en revenir à Kiba, il n’a jamais manqué de bonne volonté mais au regard de Takahide, cela était loin de suffire, son fils aurait pu se vanter d’avoir toutes les vertus du monde que ça n’aurait pas été pour le contenter totalement. Alors qu’il poussait souvent jusqu’à ses limites son corps et son esprit, Kiba était rarement félicité et au contraire accumulait les remontrances, comme quoi il ne s’améliorait pas, était un fainéant, qu’il devrait passer moins de temps avec ses sœurs pour s’endurcir et autres joyeusetés. Quant à son aînée pourtant très habile dans le maniement des armes, sa situation était encore moins enviable. Gêné en son for intérieur que sa fille se débrouille mieux que son fils, le maître cherchait souvent à l’écarter du dojo et à lui imposer de se conduire comme une « femme respectable devrait se conduire » pour reprendre ses propres mots. Kagome avait beau s’insurger et rappeler à son père que des femmes ninjas avaient existé, il n’y avait rien à faire et devant une fermeture d’esprit aussi cuisante, la jeune femme projeta de fuguer et de trouver sa propre voie. Peut-être que cela ferait écho à la fuite de son oncle maudit mais elle était certaine d’une chose, elle ne supporterait pas de rester bloquer à l’époque Edo et de devenir une femme au foyer reléguée au rang de fantôme et mariée à un homme aussi austère et peu affectueux que son père.  


TURN THE RADIO IF YOU DARE, WOLVES ARE IN THE PLACE ! : #

C’est durant l’année des 13 ans de Kiba que tout se joua alors que les préparatifs pour le Iga Ueno Ninja Festa touchaient à leur fin. Une sorte de festival annuel de cinq semaines qui devait redorer l’image de ces assassins mythiques de l’époque féodale et faire connaître le ninpô au plus grand nombre. Un événement que Takahide ne voyait que comme une mascarade grossière et un attrape-touristes, rien de plus ; mais toutes les ryu étant sollicitées, il n’avait pas le choix et devrait ouvrir également la sienne au public. Cependant, une mauvaise nouvelle n’arrivant jamais seule, les Kurushima apprirent également que cette année, ils auraient l’honneur de recevoir le ministre à la tête du Monbushō, se préoccupant notamment de la culture et nul autre que Satoshi ; ce pour toute une semaine durant les festivités.
Takahide se retrouva alors bien impuissant face à une telle requête et dû se résoudre à l’idée de refaire face à son frère après tous ce temps où il n’avait pensé à lui qu’en termes de malédiction. Mais le pire était encore à venir car ce n’est pas seul que le ministre Kurushima débarqua, mais accompagné de son rejeton déjà âgé de 20 ans, qui était presque son portrait craché…A ceci près qu’il avait des cheveux bien plus longs et un air encore plus vicieux que son paternel dissimulé sous quelques boucles noires. Alors que la famille Kurushima les attendait près du portail, droits comme des i dans leurs sobres habits traditionnels, les deux hommes quittèrent le prestigieux véhicule de fonction pour s’avancer d’une démarche nonchalante vers eux, leurs lunettes de soleil sur le nez et tout ce qui émanait d’eux respirant l’ostentation.
Chaussures vernies contre zori en paille de riz, montres en argent hors de prix contre bracelets-amulettes en bois et costumes trois pièces contre yukata en coton. On aurait vraiment dit qu’un fossé béant séparait les deux groupes comme appartenant à des univers différents. Iwa et Chiyo ne pouvaient s’empêcher d’avoir la bouche grande ouverte d’étonnement face à une telle apparition et autant dire que Kiba portait sur eux des yeux ronds comme des billes et brillants d’émerveillement et d’incompréhension mêlées. C’est vraiment à ce moment qu’il constata toute l’ampleur de son isolement. Kagome pour sa part arrivait parfaitement à conserver une expression stoïque jusqu’à ce que son cousin lui adresse un clin d’œil pour le moins provocateur après avoir retiré ses lunettes…Son regard s’assombrit alors et elle resserra ses mains autour des épaules de Chiyo. Jetant un œil en direction de Kiba, elle constata qu’il semblait figé comme si il avait vu une gorgone et soupira discrètement. Elle en était sûre à présent, si elle partait, Kiba serait le prochain à le faire.

Les retrouvailles furent ainsi très bizarres, les tons doucereux légèrement méprisants parfois des citadins allant s’échouer contre le mur de froideur que s’efforçaient d’afficher les shinobi. Mais très vite, les plus jeunes délièrent leurs langues, avides d’en savoir plus sur la ville de Kyôto et ce qu’on pouvait y faire, charmés également par les cadeaux que Satoshi leur avait fait…Des nécessaires à maquillage pour les cadettes et des iphone pour les deux aînés. Bien sûr, il avait eu cette délicate attention uniquement dans le but de faire enrager leur père qui n’aurait jamais toléré que ses filles se fardent comme des hôtesses et que son fils devienne accroc à un portable. Rien que ce premier coup bas donna envie à Takahide de jeter ces futilités sur un bûcher avec son frère avec mais il se devait de faire bonne figure face au ministre qu’il était devenu. Un vrai défi psychologique car en cet homme il ne voyait qu’imposture et malhonnêteté, un serpent rendu présentable. Quant au fruit de ses entrailles qui paraissait ennuyé de se retrouver ici, il y avait quelque chose de dérangeant dans ses manières et son regard. Un je ne sais quoi de malsain. Kagome, plus âgée et bien moins moins crédule, partageait l’avis de son père ; tous ces regards que son cousin lui lançait respiraient la perversité à un degré si élevé qu’elle en arrivait à ne plus se sentir en sécurité dans sa propre maison.
Kiba au contraire enviait à son cousin toute cette assurance et cette liberté qu’il semblait avoir…Il était béat devant tant de prestance, de classe…Pour sa part, il n’avait jamais porté des vêtements pareils ni posséder autant de gadgets, il n’était même pas certain de savoir à quoi ça servait. Et c’est pourquoi il alla voir son cousin non sans timidité à la fin du repas de bienvenue pour lui demander s’il pouvait lui expliquer le fonctionnement de l’iphone. A son grand étonnement, Asahi se montra vraiment sympa avec lui, passant en revue toutes les fonctions du téléphone et lui montrant aussi les grandes possibilités qu’offrait internet ainsi qu’une pléiade de photos de Kyôto et des soirées endiablées auxquelles il assistait. Il conclue par un « Franchement tu rates quelque chose. »

« Apprends-moi ton métier, Camarade, de grâce :
            Rends-moi le premier de ma race. »

Et autant dire qu’en effet, l’aperçu qu’il avait pu avoir du Japon « branché » donnait vraiment l’eau à la bouche à Kiba et l’empêcha de fermer l’œil toute une nuit durant. Lui qui depuis son enfance avait été forcé de ne se consacrer qu’au ninpô et trop peu à des loisirs et à son épanouissement personnel, il désirait à présent ardemment faire l’inverse et ne quitta pas son cousin d’une semelle jusqu’à ce qu’il doive repartir. Asahi promit néanmoins à Kiba de lui envoyer des mails régulièrement et de l’aider le moment venu s’il décidait de venir s’installer en ville. Une promesse que le jeune shinobi prit argent comptant, élevant en esprit son cousin au rang de divinité sacrée. Kagome ne pouvait pas cacher que la venue de son oncle l’avait quelque peu chamboulée aussi et encouragé ses désirs de partir mais il fallait qu’elle tente de raisonner son frère avant…C’était maintenant bientôt la fin du festival et il ne faudrait plus qu’elle tarde sinon il deviendrait difficile de se fondre dans la masse. Faisant coulisser la shôji menant à la chambre de son frère, elle le trouva à pianoter sur son portable, le sourire aux lèvres, sans considération pour les marques rouges qui devaient rendre son dos douloureux…Oui, Takahide avait déjà sévi suite à la visite des citadins et essayé de leur confisquer leurs cadeaux mais Kiba devenu très expérimenté en shinobi iri n’avait aucun mal à s’infiltrer n’importe où et à retrouver son dû où qu’il se trouve. Finalement, leur père se faisait prendre à son propre piège vu que Kiba utilisait à présent ses compétences contre lui, chose qu’il ne se serait jamais permise avant car trop craintif…Mais visiblement, l’influence certaine qu’Asahi avait sur lui commençait déjà à opérer :

"-Petit frère, tu ne devrais pas continuer à provoquer papa. Regarde l’état de ton dos.

-Je m’en moque, c’est un cadeau après tout, il n’a pas le droit de nous les confisquer.

-C’est ton père Kiba, il a tous les droits sur toi tant que tu n’es pas majeur.

-Ce n’est pas ce que dit Asahi.

-Asahi par ci, Asahi par là…A t’entendre on dirait que c’est devenu ton nouveau maître et lâche ce téléphone quand je te parle.

-Eh bien j’aimerais autant qu’il le soit."


Après un soupir énervé, Kagome se dirigea vers Kiba et lui ôta son portable des mains:

"-Kiba écoute…Je suis la première à trouver que papa exagère et qu’il veut absolument tout contrôler. Moi non plus je ne le supporte pas. Mais tu dois comprendre une chose essentielle. Cette école est comme son cœur, il en serait détruit si son fils n’en héritait pas, c’est…

-L’honneur de notre famille qui est en jeu je sais ! Tu n’as rien de plus original à me dire ?!"


Et Kiba reprit violemment son téléphone des mains de sa sœur, une attitude qu’elle ne lui avait jamais connu et qui la cloua sur place.

"-Si vraiment j’étais aussi important pour papa, mon dos ne ressemblerait pas à ça, Kagome. Je me demande même si un jour il tolérera que quelqu’un soit au-dessus de lui. Pourquoi à ton avis il déteste autant notre oncle et Asahi ? Tout simplement parce qu’ils ont mieux réussi et qu’il en est malade, c’est juste un putain de jaloux !

-Kiba, ne parle pas comme ça !

-Sinon quoi, tu vas me frapper aussi ?! Maintenant fiche-moi la paix !"


Se sentant sur le point d’utiliser à son tour ses compétences en ninpô pour raisonner son frère, Kagome préféra en effet quitter sa chambre, complètement désemparée de constater que Kiba avait déjà succombé au venin de son cousin. Le petit frère studieux, appliqué et tendre qu’elle avait connu semblait s’être complètement envolé. Et malgré tout, elle admettait que ce qu’il avait dit à propos de leur père, sûrement des paroles recrachées d’Asahi lui-même, n’étaient peut-être pas si éloignées de la vérité. Elle se sentait à présent tellement impuissante qu’elle ne jugeait même plus bon de rester, au moins elle aurait essayé. Elle s’en voulait déjà de partir et ça ne ferait qu’encourager Kiba à fuir de son côté mais le fait qu’elle reste n’y aurait sûrement pas changé grand-chose. Après tout, il avait peut-être raison, leur père n’avait pas à programmer leur existence comme celles d’étalons voués à devenir champions de course. Seulement, elle s’entêtait à penser que Kiba était trop jeune et surtout trop malléable pour s’en sortir tout seul en ville, même si il ne manquait pas de ressources. Elle espérait donc de tout cœur qu’il attendrait avant de tenter quoi que ce soit mais rien n’était moins sûr.

Etrangement, la fugue de Kagome constatée le lendemain alarma tout le monde excepté Takahide. Sa fille commençait à faire trop de revendications et à devenir un fardeau, mieux valait pour elle qu’elle quitte la ryu sans doute. C’était regrettable qu’elle n’ait pas eu le courage d’exprimer son désir de vive voix mais au moins, elle avait laissé un mot. Kiba fût tout bonnement dégoûté de constater le peu de réaction de ses parents et il pensa à imiter sa sœur dès le lendemain mais devant les pleurs de ses cadettes, il se ravisa. De plus, si Kagome était partie sans lui proposer de l’accompagner, c’est qu’il y avait une bonne raison. Bien que Takahide ne laisse rien transparaître, la ryu se transforma néanmoins au fil des mois en véritable cocon imprenable et les trois enfants eurent à partir de ce jour encore moins de liberté qu’avant. Les escapades à Ueno étaient terminées jusqu’à nouvel ordre et ils ne pourraient sortir qu’accompagnés.
Bien sûr, Kiba tenta de se rebeller mais son père, bien décidé à se faire respecter et à ne pas laisser son déchet de neveu lui voler son fils ; muta presque tyrannique. Les punitions devenaient toujours plus sévères et Kiba comprit rapidement que moins il se montrerait docile, plus il donnerait des raisons à son père de s’inquiéter et donc de l’empêcher par tous les moyens de sortir. Aussi, il fit de l’hypocrisie son nouveau mot d’ordre et consentit à faire de nombreux sacrifices pour regagner un semblant d’estime. D’un autre côté, il était aussi encouragé par son cousin à poursuivre son entraînement encore quelques temps car d’après lui, ça lui serait utile à Kyôto pour trouver du travail.
Qu’à cela ne tienne, Kiba suivrait son conseil, chaque jour qui passait le rapprochait un peu plus de la délivrance de toutes façons. Il était convenu que dès qu’il maîtriserait parfaitement quatre des Ninja Juhakkei, les 18 compétences spécifiques des ninjas, il serait prêt pour son grand départ.

Et cela n’advint que l’année de ses 17 ans, ironiquement le même âge auquel Kagome s’était enfuie. Kiba préparait son départ depuis déjà des mois dans l’ombre de son père, qui avait plutôt l’air tranquille et satisfait devant le sérieux de son fils, même si hélas il n’avait pas pu le détacher de son fichu iphone. Chiyo avait maintenant 14 ans et Iwa, 11 ans, elles avaient beaucoup grandi et mûri depuis que Kagome était partie, passant plus de temps à s’occuper du dojo qu’à s’amuser. C’était sûrement le bon moment pour s’en aller et enfin vivre sa vie, un jour que Kiba n’avait cessé de voir en rêve et qui commençait sérieusement à le ronger de l’intérieur. Il avait déjà fait une liste de tous les endroits qu’il voudrait voir, de tout ce qu’il voudrait faire une fois là- bas. C’était devenu une obsession et maintenant aussi discret qu’un fil de velours tombant sur de la soie, il était quasiment certain d’arriver à quitter la ryu sans se faire prendre. Il se promettait qu’il reviendrait chercher ses sœurs pour les délivrer de cet endroit, mais pour l’heure, il fallait qu’il s’en aille seul. La nuit fatidique, il quitta telle une ombre la maison sans faire crisser le moindre brin d’herbe ou la moindre planche de bois, escalada le mur d’enceinte avec une facilité déconcertante et dévala la colline pour retrouver son cousin plus bas, qui l’attendait avec une voiture. Enfin, la vraie vie allait pouvoir commencer et il ne remercierait jamais assez Asahi pour son soutien.

« Le Renard, ayant mis la peau,
Répétait les leçons que lui donnait son maître.
D'abord il s'y prit mal, puis un peu mieux, puis bien,
            Puis enfin il n'y manqua rien. »

L’arrivée à Kyôto fût comme un rêve éveillé pour Kiba, désireux de rattraper le temps perdu, il voulut tout faire, tout voir et tout connaître bien trop vite. Dès la semaine suivante, il n’avait plus rien du disciple shinobi sobre mais tout de l’adolescent rebelle et branché, ayant troqué ses vêtements de montagnard contre des fringues punk et visual kei ainsi que sa coupe morose et stricte contre un panache rouquin. Les piercings et le maquillage suivirent très peu de temps après, Kiba étant incité à dépenser sans compter par son cousin qui lui prêtait volontiers de l’argent, stipulant qu’il le rembourserait plus tard. Vivre n’avait pas de prix. Et c’est suivant cette doctrine hédoniste que Kiba ne tarda pas à toucher à la cigarette, à l’alcool, à quelques drogues mais par-dessus tout, aux femmes. Il avait l’impression d’être resté dans un temple depuis le berceau et de rompre son vœu de chasteté, ce qui avait quelque chose d’encore plus grisant.
Tous les soirs, il découvrait un nouveau bar, une nouvelle boîte, une nouvelle salle de concert, chercher un travail était bien loin de ses priorités. Même quand la psychose s’empara de la ville suite aux agissements du Midnight Wonderland, il ne changea absolument rien à ses habitudes. Kiba succombait à toutes ses envies sans retenue jusqu’à ce que ça finisse par dégénérer…

Un soir alors qu’il rentrait passablement bourré avec une fille encore plus à l’ouest que lui à son bras, complètement hilare, il tomba sur son cousin en train de brutaliser une femme dans l’arrière-cour de la boîte. Asahi soutenait qu’elle aimait ça et continuait à la frapper, la faisant pleurer de plus belle. Kiba s’avança alors pour insister et lui dire de la laisser tranquille mais ce fût lui qui se mangea une baffe monumentale, allant jusqu’à lui écorcher la lèvre. « Ne me contredis plus jamais, et maintenant, dégage avec ta pute et laisse-moi m’occuper de la mienne. » C’est peu ou prou les paroles qu’Asahi lui a dit ce soir-là, alors qu’il était parfaitement lucide.

« Il entendit chanter un Coq du voisinage.
Le Disciple aussitôt droit au Coq s'en alla,
            Jetant bas sa robe de classe,
Oubliant les Brebis, les leçons, le Régent,
            Et courant d'un pas diligent. »

Et depuis, Kiba a cessé d’être aussi insouciant et s’est contenté de répondre tel un esclave par la positive à tout ce que pouvait dire ou demander son cousin, craignant qu’autrement il le reconduise à Iga, c’était d’ailleurs la menace ultime. Mais très vite, Kiba se rendit compte que ce n’était qu’une menace en l’air car son cousin prenait malin plaisir à lui confier des missions louches comme aller voler certains papiers, reconduire des filles dont il avait abusé après les avoir drogué, espionner des gens…Bref, l’évidence lui éclata à la figure aussi douloureusement qu’un jet d’huile bouillante. Depuis le début, Asahi avait tout prémédité, il n’avait jamais eu l’intention d’aider son cousin en quoi que ce soit, il l’avait juste arraché à une prison pour le conduire dans une autre, sûrement encore plus hostile. Le poussant à fréquenter de mauvaises personnes, à faire du mal autour de lui et à cautionner des actes qu’il trouvait lui-même répugnants.
Ce fût le summum quand Asahi décida pour deux, comme à son habitude, qu’ils iraient vivre parmi une communauté de brigands et pas des moindres, le White Circus. Dans la foulée, Kiba en appris également plus sur le Midnight Wonderland, cette organisation de tarés notoires qu’il voyait comme le level up fatal du White Circus. Comment décemment continuer à se mentir  à présent ? Il était devenu un acteur de cette face obscure de Kyôto qui faisait souvent la une des journaux et rendait paranoïaque les trois quarts des gens. Un sentiment justifié quand il constatait l’aliénation profonde de beaucoup de ses comparses du cirque…Si ils étaient pires au sein du Midnight, il y avait vraiment des cheveux blancs à se faire. C’est à cette période que Kiba, le renard roux insouciant encore désireux de devenir un loup se mua en renard noir, dont toutes les espérances étaient désormais déchues. Si vraiment être un loup supposait d’être comme Asahi, alors il ne le serait jamais.

Essayant tant bien que mal de prendre son parti de la situation, Kiba se décida à vivre coûte que coûte et continua à étendre son petit territoire de relations. Il devint vite connu comme le loup blanc dans les quartiers chauds de Kyôto, immédiatement identifiable par son accessoire fétiche, une queue de renard factice accrochée à sa ceinture et précédé par sa réputation de coureur de jupons. Au même titre qu’un certain Haruka avec qui il semblait se partager toutes les jeunettes de la ville, et finalement, ils devinrent les meilleurs amis du monde et en aucun cas des rivaux. Kiba trouva ainsi le réconfort d’avoir au moins une personne sur qui il pouvait compter dans cet océan de corruption.

+*_______________°__BACK TO THE FUTURE__°_______________*+

Sa cigarette encore incandescente s’éteignit dans un crépitement une fois tombée dans la flaque d’eau à ses pieds. Il était clair qu’ils en avaient bien profité à un moment tous les deux même si désormais, ils se tenaient davantage à carreau ; la maturité est une maladie qu’on ne peut pas éviter indéfiniment malheureusement. Surtout quand on a trois dobermans sur le dos qui jappent à la moindre incartade et finissent par vous mordre. Enfin, tôt ou tard la fourrière ferait sûrement son boulot, en attendant il fallait juste continuer à faire abstraction et profiter des miettes qu’on nous laissait. « One, two, three ! What should I do ? Get fucked up and fuck up a'you !” chantonna le renard tout en retournant veiller sur les oies et les brebis, seuls les corbeaux et les loups devaient craindre ses facéties après tout.

« Prétendre ainsi changer est une illusion :
            L'on reprend sa première trace
            A la première occasion. »

Behind the Screen



Nom ou pseudo: Nadeshi Stigmata
Prédéfini: [] oui [x] non
Double compte: [x] oui [] Non
Comment t'as connu le forum: Je ne divulgue jamais mes sources !
Autre chose à ajouter peut-être ? FOXY FOR PRESIDENT !
Code du règlement: En bon rebelle, je ne le mettrais même pas, et toc !



MIDNIGHT WONDERLAND soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif




"...The ringing of your laughter
It sounds like a melody...
To once forbidden places...
We'll go for a while..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mascarille
nam - fondatrice



profil +

Citation :
♠ Activity: NINJA ! (Et hop, galipette !)
Moi je fais le guet ! (et non pas le gay xD)

Et comme ça on se rebelle et on ne met pas le code de lecture du règlement ? Mais où va le monde ! En tout cas rebienvenue par ici et bon courage pour ta fiche ! T'inquiètes pas, je t'attends dans ma roulotte dés que tu auras fini, j'ai deux ou trois petites choses à régler avec toi *prépare un bûcher*


" ANGER IS NECESSARY. THERE'S NO TRIUMPH WITHOUT IT. IF IT DOESN'T SATISFY THE SOUL, IF IT DOESN'T WARM THE HEART, IT MUST SERVE US. NOT AS A LEADER BUT AS A SOLDIER. "
FUZAKEN JA NE YO !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Fox
nadeshi - administratrice



profil +

EYH LEADER ♥ Pas de problèmes, je vous ramènerais des cupcakes ! Je les laisserais peut-être devant la porte ceci-dit, vous savez, je suis quelqu'un de trèèèès occupé et une mission à l'improviste est si vite arrivée =)



"...The ringing of your laughter
It sounds like a melody...
To once forbidden places...
We'll go for a while..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sasori
illabye - fondatrice



profil +

Ah ben le voilà FOXY !! xD
ninjaman japan c'est toi ? http://www.youtube.com/watch?v=f2xVbnVAzXI (Shin est passé par là.)
C'est Aika qui a être contente de trouver une source d'informations
bonne chance pour ta fiche ^^


Sasori
-byendlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Fox
nadeshi - administratrice



profil +

YOH ! Je vois que tu as percé ma couverture à jour o/ Et sinon, toute belle demoiselle qui se respecte est la bienvenue pour demander n'importe quoi ♥ (sauf le mariage !)



"...The ringing of your laughter
It sounds like a melody...
To once forbidden places...
We'll go for a while..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


profil +

j'ai hésité longtemps à venir mais :

KIBAAAA <3
*ramène à manger, à boire pour la super partie <3*

Welcome toi <3
Revenir en haut Aller en bas

The Fox
nadeshi - administratrice



profil +

CINDY ♥

Ne fais pas trop de bêtises avant que j'arrive hein, sinon je vais me sentir rejeté ! Et oui, garde des bouteilles de côté pour fêter dignement mon arrivée o/



"...The ringing of your laughter
It sounds like a melody...
To once forbidden places...
We'll go for a while..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Fox
nadeshi - administratrice



profil +

EYH LES GENS !! J'ai fini ma fifiche ! Celui que vous attendiez tous est enfin là o/
Aboulez les cadeaux maintenant !  



"...The ringing of your laughter
It sounds like a melody...
To once forbidden places...
We'll go for a while..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mad Hatter
illabye - fondatrice



profil +



{{ FICHE VALIDEE }}

Toutes nos félicitations pour cette validation et bienvenue parmi nous ! TU SAIS DEJA CE QUE JE PENSE DE TOI. XD non je lol, en frait j'avais pas envie de te valider pour te troller mais jvais rester sérieuse parce que t'as bien bossé !! Enfin le voilà !! Amuse toi bien avec ta bête et pas touche à Hana hein !? on est d'accord !! ♥ ^^......

Afin de ne pas être perdu, laisse-nous maintenant te montrer le chemin. Pour commencer, nous t'invitons à remplir et poster ta fiche de liens, n'hésite surtout pas à faire le tour des autres fiches pour te trouver des compagnons de route. Il est aussi utile d'aller remplir sa fiche de topics pour que tout le monde te suive à la trace -en particulier la reine de coeur et ses sbires-. Une fois ceci fait c'est PARTY HARD !
Mais avant ça, il serait bien d'aller faire recenser la date anniversaire de ton personnage dans ce sujet afin que tu n'oublies pas de vieillir quand ton tour arrivera. Tu peux aussi aller lire le Kyôtô Newspaper afin d'être au courant des dernières nouvelles ♥~

Nous te souhaitons un bon jeu en compagnie du Midnight Wonderland et on espère que tu te sentiras comme chez toi ici ! On t'attendra bien entendu sur la CB, dans le Flood et en RP !


HAVE FUN ♥




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

The Fox
nadeshi - administratrice



profil +

Merci blondinet ♥ =p



"...The ringing of your laughter
It sounds like a melody...
To once forbidden places...
We'll go for a while..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Kurushima Kiba - Try to shot me down ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» One Shot Warhammer V.2
» [One Shot] Test de Manga no Densetsu
» Slap-shot... non... GOON!!!!!!!
» One Shot D&D vendredi 29 janvier 2010
» Les One-Shot de Tatii.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIDNIGHT WONDERLAND :: Off with their heads :: We're all mad here :: Autopsie-