AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Murasaki Hisae ♥ The One and Only Queen !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Queen of Hearts
nadeshi-administratrice



profil +

Murasaki Hisae

"♥ Queen of Hearts ♥"

Age: 29 ansDate de naissance: 18 MarsLieu de Naissance: LondresOrientation Sexuelle: N'a jamais pris le temps de se poser la questionActivité: Propriétaire du Heart Castle - Business WomanGroupe: Midnight WonderlandFeat. : NanFe & Victoria Song ;; f(x)


have i gone mad?

Do you want to know who I am ?

« Faites la révérence au lieu de croire et sachez qu’une tête, ça se coupe ! »
Caractère : Autant dire les choses clairement, Hisae est invivable en particulier quand elle l’a décidé ou qu’elle vous a dans le collimateur. Pouvant se donner les moyens de tout contrôler de A à Z , elle tient à ce que son programme soit respecté et vous ne vous tromperez pas en la disant égocentrique et exigeante. A presque 30 ans maintenant, Hisae n'est cependant plus la jeune lady capricieuse et arrogante sur le retour...Elle s'est muée en femme d'affaires implacable et s'investit plus que jamais dans le rayonnement de son Jeu et de son cabaret, accordant désormais autant d'importance à l'un qu'à l'autre.

Les différentes épreuves qu'elle a pu traverser ont eu le mérite de lui mettre du plomb dans la cervelle et de lui prouver que tout ne pouvait pas toujours se dérouler comme elle le désirait. Néanmoins, même si le hasard peut avoir gain de cause, vous, en tant que personne physique avez intérêt à vous plier à ses quatre volontés si vous voulez garder votre tête bien en place.

La patience ne fait pas partie de ses vertus car Hisae a toujours été accoutumée à avoir rapidement ce qu’elle demandait matériellement parlant, à présent, elle a transféré ce schéma dans le domaine relationnel. Si elle donne un ordre, elle s’attend à ce qu’il soit exécuté dans la minute car sa décision est souvent sans appel et ça, les membres du Midnight Wonderland l’ont bien compris. Toujours susceptible même si à un dégré moindre qu'avant, elle a encore beaucoup de mal à supporter les critiques sans parler des insultes, souvent ce genre de remarque est soldé d’un châtiment exemplaire.

Elle ne prête une oreille attentive qu’à son entourage le plus proche composé des membres les plus anciens du Midnight, et ce sont les seuls à pouvoir lui prodiguer des conseils sans risquer la froisser. Bien entendu, vis-à-vis de tous les autres tenants du Jeu, Hisae est souvent clémente et très accessible mais ce n’est pas pour autant qu’elle supportera longtemps l’insubordination, le Lapin Blanc ayant déjà maintes fois fait les frais de ses écarts de conduite. En bonne souveraine absolue, Hisae ne concède pas qu’on cherche à l’évincer ou à se placer au-dessus d’elle, elle ne laissera jamais personne l’influencer dans ce sens même pas l’enjôleur chat du Cheshire pour qui elle a gardé une grande affection.

Sous ses allures de jeune femme en fleur à qui tout est dû, elle n’en reste pas moins quelqu’un de très intelligent et d’ambitieux qui sait renifler les embrouilles, surtout après ce qui lui est tombé au coin du nez. Il fallait bien que tous ces éclats de voix intempestifs avec le Valet de coeur portent leurs fruits...Un conseil, n’essayez jamais de vous payer sa tête ou vous perdriez la vôtre avant même d’avoir battu des cils, un seul soupçon et vous êtes passable d’avoir le Bandersnatch aux trousses. Sorte de menace ultime qui fait encore trembler quelques membres du Midnight. Il est entendu que c’est en partie par la crainte qu’Hisae tient tout ce petit monde sous sa coupe mais elle reste un être humain qui n’est pas dépourvu de sentiments malgré les apparences.

Depuis la perte violente de son fiancé qui était aussi son garde du corps, Hisae n'est plus la même personne. Elle est d'ailleurs passée par diverses phases qui heureusement n'ont pas été jusqu'à mettre en péril la couverture du Midnight Wonderland et le déroulement correct du Jeu. Sa phase de dépression et de fascination macabre l'ayant quittée, elle ne voudrait pour rien au monde y replonger, ce, bien qu'elle reste volontairement entourée d'objets appartenant à feu son grand amour. Et qu'elle ne puisse plus se défaire durablement du mélange magique à fumer qu'Absolem lui a concocté à l'époque ; à sa propre demande. Il n'est pas rare non plus qu'elle se réveille en pleine nuit pour se préparer une infusion de mélisse au safran et au ginseng, l'aidant à calmer sa tristesse mais la condamnant ensuite à faire nuit blanche. Personne n'est au courant et Hisae ne tient pas à ce que ses états d'âme soient connus du reste du groupe, tenant désormais à afficher une image de femme forte en toutes circonstances, ce qui la conduit d'ailleurs à avoir le visage plus fermé et sérieux. Pour autant, elle n'a pas fini d'en guérir et ne sait pas combien de temps ça prendra, peut-être même qu'elle ne parviendra jamais à oublier l'As de pique et le bonheur qu'elle a connu à ses côtés. Au fond d'elle sommeille toujours une petite fille qui croyait aux contes de fées et a été blessée que son histoire ne trouve pas de fin heureuse.

Cette tragédie a aussi conduit Hisae à reconsidérer le statut des autres membres du Midnight qu'elle voit aujourd'hui réellement comme sa famille. Leur sécurité la préoccupe plus qu'auparavant et elle a du mal à s'imaginer perdre à nouveau quelqu'un. Elle sait que le sentiment d'abandon est pire pour elle à endurer que celui de la trahison et c'est pourquoi elle a aussi mis pas mal d'eau dans son vin vis-à-vis de ses acolytes...et qu'elle a fait retourner le Chat Botté à son créateur, ce dernier faisant office de taupe au commissariat ; pour réduire à zéro le risque de fuites.
Vous l'aurez compris, si en public, Hisae se doit de paraître impitoyable, bonne gérante et fin stratège, il en est quasiment tout autrement dans l’intimité. Du moment qu’on ne la dérange pas, elle n’a aucune raison de se mettre dans tous ses états et elle aime lire tranquillement, jouer du piano, peindre ou même simplement visiter son cabaret en souriant à chacun de ses occupants. Jouer aux échecs ou assister aux tea parties du Chapelier est aussi toujours pour lui plaire.

Dans ces moments-là, elle se révèle très agréable à vivre même si un rien peut la faire passer de l’ange au démon enragé. De ce côté-là, Hisae est toujours aussi imprévisble. Tout dépend du moment et de son état d’esprit. En outre, elle reste quelqu’un de bien élevé et délicat qui même quand elle se met en colère n’attente jamais à sa dignité. C’est, pour terminer, une maniaque de l’ordre et de la propreté, aussi, le cabaret a intérêt à être nickel à chaque fois qu’elle le visite n’en déplaise au trio cinglé du bar.
En règle générale, si on se contente de bien faire son boulot, de ne pas discuter ses ordres ni de la provoquer ou de la déranger quand elle prend son bain, on ne risque pas grand-chose. C’est ce que la reine de coeur attend de chacun car pour elle c’est le minimum syndical. En somme elle n’a rien à envier au personnage originel. Ah oui et mieux vaut éviter d'évoquer l'As de pique en sa présence, croyez-moi, vous ne voulez pas voir le résultat...

« Derrière les invités s’avançait le Valet de Cœur, qui portait la couronne royale sur un coussin de velours rouge ; et, à la fin de ce cortège imposant, venaient LE ROI ET LA REINE DE CŒUR.»
Physique : On peut dire que vieillir et s'affirmer en tant que femme de poigne a réussi à Hisae qui avait toujours été dotée d'un certain charisme mais avait trop longtemps voulu rester prisonnière d'une apparence de poupée gothique juvénile ; ne mettant pas en avant tous ses attraits physiques. Elle est passée de petite asiatique un brin maigrichonne à jeune femme active voire athlétique du fait de son assiduité au ju-jitsu, qu'elle a voulu continuer après s'être remise de la perte de son fiancé et précédent entraîneur. Cela lui permet de se décharger d'une bonne partie de sa rage, que du bonus pour ses sbires du Midnight en somme.

Prêtant aussi davantage attention à son maquillage, plus sophistiqué bien qu'il ne soit jamais outrancier, Hisae offre désormais aux yeux des autres un visage d'une prestance mêlée de candeur qui n'est pas sans évoquer l'archétype de beauté japonais. Faire de l'exercice, en plus de davantage sculpter sa silhouette ; a redessiner les contours de son visage, mettant toujours ses pommettes à l'honneur mais surmontant des joues pleines, peu creusées et des mâchoires un peu plus carrées. Ses yeux en amande d'un brun profond ne sont plus que rarement déguisées par des lentilles de couleur et elle a également dit adieu à sa frange. Ses cheveux noir luisant sont en revanche toujours aussi impressionnants, allant chatouiller le haut de ses cuisses et d'apparence fins, doux et bien entretenus. Hisae ne répugne plus non plus les attacher ou se faire des coiffures plus recherchées et sans fioritures. Ce qui est vrai aussi question manucure, la reine portant ses ongles beaucoup plus courts qu'auparavant et seulement vernis de bordeaux, de noir, ou d'un top coat translucide et élégant ; au gré de ses envies.

De manière générale, Hisae a grandement édulcoré sa garde-robe et sa panoplie d'accessoires digne des Tudors. Gardant toujours de l'affection pour le style aristocrate, Hisae a conservé ses corsets, de longues jupes, ses chemisiers avec ou sans jabots et quelques dentelles par-ci par-là. Mais ça ne forme clairement plus sa base vestimentaire. Ne s'étant pas séparée de la plupart des affaires de son fiancé, Hisae lui a emprunté ses bijoux à piques, ceintures, quelques hauts et pulls qu'elle a fait customiser dans l'atelier du Heart Castle pour qu'ils lui aillent, une ou deux vestes en cuir. Ces nouveaux éléments contrastant assez avec ce qu'elle portait d'habitude, Hisae a fait son cocktail et tout en restant clairement chic, elle apparaît désormais plus glam rock ou Nu-goth que gothic lolita ; ne rechignant pas à porter parfois des sortes de harnais, des sangles, du vinyl par petites touches bien pensées. Dévoiler ses jambes de gazelle et sa poitrine ne lui posant toujours aucun problème, ses tenues souvent plus prêtes du corps ou dénudées qu'avant ont fait bondir son sex appeal sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte.
Tout ce qui lui importe étant désormais de se sentir bien dans ses baskets sans s'encombrer de tout un amas d'ornements inutile, ce qui lui faisait perdre un temps précieux qu'elle juge ne plus pouvoir s'offrir maintenant. En effet, Hisae a vite compris que ce nouveau style lui allouait plus d'autonomie et donc de possibilités d'être seule sans le recours d'une poignée de domestiques pour l'aider à s'apprêter. Elle a aussi compris que pour se faire respecter, la taille de la crinoline importait moins que la personnalité profonde et qu'un mental à toutes épreuves.
De surcroît, Hisae a fait du chemin dans le sens où elle arbore des vêtements plus conventionnels et de circonstance quand elle est amenée à rencontrer des gens extérieurs au Heart Castle. Il est clair qu'un smoking féminin ou un tailleur incitent davantage à vous prendre au sérieux qu'un attirail de comtesse vampire. Hisae reste néanmoins une inconditionnelle des ras-de-cou en dentelle ou à perles noires, elle arbore aussi de temps à autre ses camés et plus souvent maintenant les bijoux hors de prix que certains mécènes ou admirateurs lui ont offert ; ceci toujours en harmonie avec le reste de ses vêtements. En revanche, elle n'a pas pu se défaire de son habitude de porter des talons ou des plateformes compensées pour se grandir tout en variant les styles.

Dernier point qu’il est important de souligner, Hisae a un tatouage sur le bras gauche dont la signification n’est pas claire, et encore moins la représentation. Il s’agirait d’un papillon/phénix stylisé en feu, devenu l’emblème du cabaret en plus d’être son sceau personnel. Peu de temps après la disparition de l'As de pique, elle a aussi décidé de se faire tatouer de longues ailes d'anges dans le dos, très détaillées, qui le couvre des omoplates à la chute de reins. Comme pour manifester qu'une partie d'elle s'était envolée avec lui et qu'elle en gardait les stigmates.
Goûts en quelques mots-clés :

Aime > Le luxe, son cabaret, le travail bien fait, les roses rouges, jouer aux échecs et aux cartes, dominer autrui, les peluches (surtout ses trois fétiches qu’elle garde religieusement sur son lit), recevoir des cadeaux (plus ils sont gros mieux c’est…), le thé anglais immanquablement accompagné d’une part de tarte (Hisae est folle des « english pies » en particulier la tarte aux fraises), les compliments, s'entraîner au ju-jitsu, prendre des bains (à grand renfort de mousse et de pétales de rose…), se faire coiffer, être impeccable, s’occuper de ses ongles, lire des contes ou des thrillers, peindre, jouer du piano, écrire, la musique classique, le métal symphonique, tout ce qui est aromatisé aux fruits rouges en général, les chats, les lapins, avoir le contrôle parfait de la situation, tous les membres de sa petite famille, crier « Qu’on lui coupe la tête ! » pour un oui pour un non…

Déteste > Ce que représente le Black Horse, le désordre, la saleté, l’impolitesse, la grossièreté, les toiles d’araignées et la majorité des insectes (un de ses passe-temps favoris et d’écraser tous ceux qu’elle voit), les souris, les chiens, qu’on ne reste pas à sa place, qu’il y ait des défaillances dans son jeu, qu’on la dérange quand elle fait quelque chose, le thé vert, les plats épicés, le wasabi, le gingembre, prendre des douches, tâcher ses vêtements, les gens trop pragmatiques, qu’on lui dicte sa conduite, qu’on lui tire les cheveux, les endroits bondés (surtout les rues), les forces de police (un obstacle potentiel à son bonheur), qu’on menace un membre du Midnight Wonderland, la trahison, le sentiment d'abandon, les gens qu’elle juge faibles…

Behind the Screen

Nom ou pseudo: Nadeshi
Prédéfini: [♥] oui [] non
Double compte: [] oui [♥] Non
Comment t'as connu le forum: Je suis la Reine et la Reine sait tout !
Autre chose à ajouter peut-être ? Apportez-moi de la tarte, tout de suite !
Code du règlement: OFF WITH HIS HEAD !




♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥
Sick of all these people talking, sick of all this noise...
Tired of all these cameras flashing, sick of being poised...
Now my neck is open wide, begging for a fist around it...
Already choking on my pride, so there's no use crying about it...
I'm headed straight for the Castle...They wanna make me their Queen...
And I probably shouldn't be so mean...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Queen of Hearts
nadeshi-administratrice



profil +

which way I ought to go from here?


And now, will you listen to my story ?

PROLOGUE


"The grass was greener...
The light was brighter...
With friends surrounded...
The nights of wonder..."

Elle l'avait fait. Elle ne pouvait plus reculer. Seule, sans escorte, sans personne. Dans la forteresse ennemie. Pour seule protection, un long voile noir serti de broderies blanches retenu sur son crâne par deux imposantes barrettes décorées d'asphodèles en toc. La reine poursuivait son défilé, silencieuse, comme perdue dans une autre dimension. Un ailleurs où même cet endroit ne lui semblerait pas hostile.

Comment avait-elle pu lui demander de faire ça ? Elle, sa confidente, son amie de toujours ? Etait-ce vraiment nécessaire ? Hisae voulait-elle seulement continuer à vivre ? Surtout si c'était pour endurer pareilles pertes ? Combien seraient-ils encore à tomber pour la pérénité du royaume ? Et en vaudrait-ce vraiment la peine ? Se trouverait-il seulement quelqu'un pour l'aimer comme il avait su l'aimer ?

"-Murasaki-san ?..

Ne pouvait-on pas avoir la satisfaction du pouvoir et celle d'un amour sincère ? Pourquoi était-il impossible de tout avoir ? Est-ce qu'elle supporterait de ne pas tout avoir ?

-Murasaki-san, excusez-moi..?

La reine cessa alors de marcher, semblant enfin avoir entendu que l'on s'adressait à elle. Détournant légèrement la tête, elle aperçut un visage brouillé par le tissu sombre masquant le sien.

-Je suis l'inspecteur Matsuda. Je vous remercie humblement d'avoir accéder à notre demande...Je vous en prie.

Sans prendre la peine de répondre, Hisae se dirigea d'un pas las dans la pièce qu'on venait d'ouvrir à son attention. Elle n'aimait vraiment pas cet endroit. Tout était bien trop lumineux et ce bruit incessant...Ces coups de téléphone, ces ronronnements d'imprimantes et de rétro-projecteurs, ces gens qui parlaient décidément beaucoup trop fort...Heureusement que l'inspecteur qui l'accueillait était d'une patience d'ange et lui indiquait posément chaque geste à effectuer, désignant un siège à son attention car Hisae demeurait à l'heure qu'il était, partisane du moindre effort. Elle n'avait aucune traître envie de se trouver ici à cet instant précis. Elle se sentait honnie et délaissée de tous, à un tel point qu'elle caressait l'envie irraisonnée de tout avouer et d'être menée au gibet. Mais elle ne le ferait pas. Parce que son orgueil, lui, était toujours là et ne disparaîtrait sans doute jamais même quand le désespoir prenait le pas sur tout le reste.

Enfin on ferma cette damnée porte et le brouhaha ambiant se fit plus supportable. Immobile et toujours muette comme une tombe, Hisae patientait, mains jointes sur ses cuisses, semblable à une nonne attendant d'être jugée par son Créateur. Elle était incroyablement calme pour quelqu'un qui se trouvait dans la tanière du Loup avec autant de secrets en sa possession...L'ironie de la situation aurait même pu la faire sourire en d'autres circonstances. Cette bande d'imbéciles...Si un jour ils apprenaient qu'elle s'était tenue là, juste sous leurs yeux, dans leurs locaux et qu'ils ne l'avaient alors vu que comme une excentrique terrassée par le chagrin venant témoigner des suites d'un meurtre...C'était peut-être juste pour ça que l'histoire devait se poursuivre au final, pour offrir encore son lot de rebondissements à la lectrice assidue qu'était la destinée.

-Murasaki-san, comme on a dû vous en informer, vous êtes ici pour répondre à quelques questions des suites de la perte..regrettable que vous avez subi et que nous déplorons. Toutes mes condoléances pour votre compagnon.

-Fiancé.

-Je vous demande pardon ?

Après un léger soupir, Hisae releva son voile de deuil pour que sa voix encore affaiblie par un trop-plein de sanglots puisse parvenir plus distinctement à l'inspecteur.

-Il était..mon fiancé.

-Très bien..Commençons je vous prie. Dans la mesure où votre..fiancé assurait également votre sécurité rapprochée, pensez-vous avoir été visée en priorité par l'agresseur ?

-En priorité..? Non. Sachiyo n'était pas à mes côtés lors de son agression. Il était le seul visé. Je pense même qu'on n'a attendu qu'il s'éloigne de moi et du cabaret avant de le menacer.

-Et lui connaissiez-vous des ennemis personnels ? Des comptes à régler peut-être ?

-Non. Il n'évoquait jamais ce genre de sujet avec moi. Ni avec quiconque d'ailleurs.

-Et auriez-vous remarqué une sorte de chaîne cadenassée autour de son cou dernièrement ?

-Vous me demandez si mon fiancé était victime de ces maniaques..?

-En d'autres termes oui.

Et si jamais..? Non, Hisae ne pouvait pas penser une seule seconde qu'un membre du Midnight Wonderland s'était mis en tête de tuer l'As de pique même si beaucoup n'approuvaient pas leur union. Et pourtant, voilà que ce fieffé officier de police lui insinuait un doute.

-Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il ne portait pas de chaîne, pas à ma connaissance.

-Je vois. Saviez-vous où il se rendait le soir de son agression et pour quelle raison ?

Ces questions..était insupportables. Et cette condescendance qu'elle pouvait à présent lire dans la voix de l'inspecteur...Un peu plus et la reine aurait été quitte de lorgner sur le trombone traînant sur la table pour en faire une arme et massacrer les cornées de cet importun. C'est alors qu'elle se leva brusquement faisant presque sursauter l'officier qui ne s'attendait pas à une réaction aussi vive de la part de quelqu'un semblant si lymphatique jusqu'à présent. Sortant un bout de papier froissé de l'une de ses manches, Hisae le laissa nonchalamment tomber sous les yeux de l'inspecteur.

-Voilà pourquoi il était sorti Monsieur l'inspecteur. Pour aller commander un Obi à mon attention, chez le meilleur artisan de la ville. Ce même Obi que j'aurai dû porter lors de la Nosai no Gi et que j'ai découvert ce matin au pas de ma porte avec ce reçu. Voilà pourquoi il serait temps que vous et vos semblables passiez à l'acte sans plus vous épancher en entretiens stériles de ce genre ! Mon précédent mari m'a déjà été arraché et maintenant ça...Je finirais sûrement seule. Et je saurais à qui je le dois !

Complètement abasourdi par le savon aussi inattendu que brutal qu'il venait de prendre en pleine figure, l'inspecteur ne pipa mot quand Hisae traversa la pièce pour en sortir, les larmes lui montant à nouveau aux yeux. Il ne réagit qu'à la dernière minute et par réflexe.

-Murasaki-san, attendez..! Je...C'était sûrement trop vous demander dans de pareilles circonstances. Je suis désolé.

La main posée sur la poignée, Hisae fit volte-face l'espace de quelques secondes, les larmes ayant repris leurs droits sur ses joues déjà rosies et lâcha froidement.

-Etre désolé ne vous sauvera pas. Pas plus que ça ne me sauvera moi.

Et c'est sur ses entrefaites que la reine remit son voile en place pour quitter les lieux, grouillant de toutes ces fourmis besogneuses et stupides. On ne l'y prendrait plus. Elle avait fait cet ultime sacrifice car consciente qu'une telle scène la laverait de tous soupçons à l'avenir ainsi que son entourage mais elle n'était pas disposée à en faire davantage. Qu'on la laisse enfin s'épancher dans l'affliction et le chagrin le plus complet. Qu'on la laisse en paix ! Une fois dans la voiture qui allait la reconduire au Heart Castle, Hisae ne prêta aucune attention à son téléphone portable, qui ne cessait de vibrer.
Ce n'est qu'une fois arrivée qu'elle le jeta rageusement au sol et y appliqua plusieurs violents coups de talons pour le réduire en charpie devant les yeux ébahis du chauffeur..et ceux d'Akane qui se présentait justement à l'entrée du cabaret ; son propre téléphone à la main. Quand elle voulut s'approcher pour s'enquérir de la situation et surtout calmer les nerfs de la reine, cette dernière se stoppa devant elle avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit.
Amenant rapidement ses mains aux barrettes fleuries qui retenaient le voile, Hisae s'en délesta comme elle aurait pu jeter un papier dans une corbeille et retira complètement le tissu de sa tête.

-J'imagine que ce qui t'importe le plus de savoir, c'est si tout s'est bien passé ? Eh bien tu seras heureuse d'apprendre que tout...s'est...merveilleusement...bien...passé !

A chaque mot qu'elle avait proféré, Hisae avait trouvé la force d'arracher un lambeau de son voile. Elle avait ensuite fait face à Akane pour lui tendre l'amas informe de soie comme s'il s'était agit d'un cadeau.

-Tu vas pouvoir dormir sur tes deux oreilles à présent. Tous tes problèmes se sont...envolés !"

Joignant le geste à la parole, Hisae lança les résidus de son voile en l'air, les laissant retomber en pluie sur les épaules de celle qu'elle avait jadis toujours considéré comme sa meilleure amie, son fidèle valet de coeur. Que s'était-il passé d'ailleurs entre jadis et aujourd'hui ? Qu'était-il advenu de son pays des merveilles au juste ?


Chapter I
London Bridge is falling down, my fair Lady...

"-Koji, très cher, j’hésite à lui donner ce présent…C’est une délicate attention de la part de votre supérieur mais n’est-ce pas trop…singulier pour son âge ?

-Yuka, notre fille doit élargir sa culture littéraire maintenant qu’elle sait parfaitement lire l’anglais. C’est un ouvrage tout ce qu’il y a de plus innocent, avec des animaux parlants un peu loufoques, rien de bien méchant. Amenez-le lui, elle révisait ses gammes au salon quand je l’ai laissé.

Comme d’habitude, Madame Nikaido se gardait de surenchérir, laissant le fin mot de l’histoire à son mari. Mais c’est avec un regard dédaigneux pour ce roman qu’elle tenait d’une main soigneusement manucurée qu’elle traversa le couloir jusqu’à arriver audit salon, dont une discrète mélodie s’échappait. Dans sa robe blanche en coton et seul son serre-tête à nœud dépassant de l’imposant piano, la petite Hisae faisait danser ses doigts sur les touches, désireuse de réussir jusqu’à la dernière note sa partition.

A 6 ans à peine, elle en venait presque à bout sans aucune anicroche mais son père aurait été enchanté qu’elle y parvienne un an plus tôt.
Loin d’être une enfant commune, Hisae avait été comme enfermée dans une vierge de fer où elle serait modelée jusqu’aux orteils pour devenir un prodige. Ses parents et son père en particulier tenaient à contrôler jusqu’à la moindre bribe de son destin pour avoir la certitude que l’immense fortune des Nikaido aurait une héritière digne de la préserver. Et pour cause, Hisae n’avait droit qu’à trop peu de loisirs, sa petite tête de poupée kimekomi était martelée sans interruptions par les marteaux Connaissance et Erudition. Elle ne savait à la limite pas en quoi consistait de jouer à chat perché, de lire des contes de fées ou de faire des dominos…Les seuls jeux qu’elle connaissait demeuraient les échecs et les cartes, quand Akane pouvait venir goûter à la maison, elles y passaient leur après-midi et Hisae attendait toujours ces moments avec une grande impatience.

Leurs pères étaient de vieux amis qui, ayant gravit les échelons de concert, avaient été mutés à Londres pour servir au mieux les besoins de leur entreprise, ceci par un heureux hasard. Madame Katagiri était tombée enceinte un an et demie environ après Madame Nikaido et les deux familles avaient toujours conservé d’excellentes relations.
Aucun étonnement donc à ce que le fruit de leurs entrailles respectives aient été amenées à se côtoyer régulièrement et heureusement pour Hisae, car si les Katagiri n’avaient pas eu d’enfants, peut-être n’aurait-elle jamais vraiment eu d’amis. Bien entendu, elle en avait quelques-uns dans sa prestigieuse école mais ne pouvait jamais répondre aux invitations des uns et des autres, jugés peu fréquentables par ses parents. N’avait-elle pas mieux à faire qu’aller à une fête d’anniversaire ou à une soirée pyjama ?
Pour combler ce manque, Hisae avait trouvé la parade et chaque nuit avant de s’endormir, elle avait pris l’habitude de discuter avec trois peluches rescapées qu’elle cachait dans sa penderie. Un dragon, un chat et un lapin. Ainsi, elle pouvait confier tous ses secrets à ses amis imaginaires le temps qu’Akane revienne. Cela l’aidait à supporter ce rythme de vie effréné, son cerveau pouvait s’accorder quelques instants de répit apparemment suffisants pour qu’elle continue sans flancher.

-Hisae, veuillez cesser un instant. J’ai un nouveau livre pour vous.

-Un livre, mère ?

-Oui, c’est un cadeau de Monsieur Welson. Que lisiez-vous en ce moment ?

-Le siècle du désenchanté Louis le seizième de France, un pauvre roi…

-Pourquoi cela ?

-On lui a coupé la tête. »

Après avoir écarquillé en grand ses yeux bridés, Madame Nikaido arbora un sourire crispé et quitta les lieux…Etait-il nécessaire que sa fille s’instruise en lisant de telles horreurs ? Une fois seule, Hisae abaissa le regard sur la couverture du petit roman. En grosses lettres dorées était inscrit sur la couverture « Alice's Adventures in Wonderland ». Sans attendre, Hisae le feuilleta puis après s’être levée, commença à le parcourir avec plus d’attention tout en retournant à sa chambre. Elle l’eût terminé avant dîner et ce soir-là, une fois tout le monde attablé, sa petite voix s’éleva.

-Père, n’y a-t-il pas des lapins dans le parc ?

-Je ne pense pas Hisae, pourquoi cette question ?

-Parce qu’il faut que je trouve le terrier.

-Un terrier ?

-Mais oui, sinon, comment rejoindre le pays des merveilles ?"

Et pour la première fois depuis une éternité, ses parents virent Hisae sourire sans qu’Akane soit présente. Ni l’un ni l’autre n’auraient pu se douter qu’un simple cadeau soit à l’origine d’un tel engouement, d’une véritable révélation pour leur fille. Cette contrée impressionnante et baignée de folie décrite par Lewis Carroll devint rapidement pour elle synonyme de paradis et plus que quiconque, elle souhaita le trouver un jour et échapper à cette réalité qui ne lui offrait aucun réel avenir et trop peu de joies pour qu’elle y tienne vraiment.


Chapter II
On ne fait jamais rien d'extraordinaire, de grand et de beau qu'en y pensant plus souvent et mieux que les autres.

Avec les années qui défilaient, Hisae ne perdait en rien l’objectif irréaliste qu’elle s’était fixé mais il se modifiait petit à petit…Du désir empreint de rêverie d’une petite fille, il devint projet graduellement réalisable et une fois adolescente aguerrie, Hisae avec la complicité de son amie de toujours, Akane, posa les bases de ce que deviendrait le Midnight Wonderland. Si le pays des merveilles n’existait pas dans les faits, elle le créerait, car persuadée qu’elle en aurait bientôt les moyens. A ses 15 ans, elle avait eût « l’excellente » surprise de découvrir que son mariage était arrangé depuis sa plus tendre enfance avec un certain Murasaki, lui aussi héritier d’un micro-empire. Préférant garder la tête haute face à ses parents, Hisae n’avait pas compté les nombreux coussins éventrés et les litres de larmes épongés par sa confidente suite à cette nouvelle.

Contrairement à Akane qui allait pouvoir commencer à étudier le droit, Hisae n’aurait pas l’opportunité de poursuivre des études en dépit de ses multiples talents, depuis le berceau, ses parents lui avaient semblait-il désigné un tout autre chemin. Celui d’une simple ombre qui deviendrait incubateur organique et paon savant au service d’un mari dont elle ne serait même pas amoureuse. On lui avait déjà interdit d’avoir une enfance et maintenant, on lui retirait les seuls rêves auxquels toute jeune femme aspirait, rencontrer l’âme-sœur et devenir indépendante. Si elle avait été douée du même cran destructeur qu’aujourd’hui, Hisae n’aurait sûrement pas hésité à tuer ses parents mais elle préféra suivre le vieil adage, comme quoi la vengeance était un plat qui se mangeait froid.  Tandis qu’Akane arpentait les bancs de l’université, Hisae fût préparer durant trois ans à réintégré le Japon, il lui faudrait y vivre une fois que le mariage aurait été célébré alors qu’elle n’y avait jamais séjourné plus de quelques semaines jusqu’ici.
Elle n’appréhenda pas longtemps de quitter l’Angleterre voyant cela comme un moyen de s’éloigner durablement de ses parents. Murasaki, elle en ferait son affaire une fois le moment venu, pour l'instant, il fallait conserver un masque d’obéissance et d’amabilité. Tout avait déjà été mûrement réfléchi avec Akane qui partirait avec elle pour Kyoto, elle n’aurait aucun mal à être reçue à la Kyōdai au vu de ses excellents résultats et une fois là-bas, elles pourraient mettre leur grande œuvre en place. Hisae ne voyait que deux obstacles de taille à supprimer au sens littéral comme au figuré pour que tout fonctionne, ses fieffés parents et son ennuyeux mari. De vagues idées sûrement excessives et accouchées par la colère, les envies de meurtre d’Hisae se concrétisèrent et tandis qu’elle arpentait Kyoto et commençait à s’entourer, les mécanismes de son jeu à taille humaine, de son adoré pays des merveilles s’enclenchaient…Rouage après rouage, un à un, doucement mais sûrement.

C’est en quelques sortes la providence aidée par une petite investigation d’Akane qui mit Hisamatsu Chisei sur sa route, tueur en série sans cesse en vadrouille par peur d’attirer les autorités. Et pour l’aider à régner sur son royaume en devenir, Hisae avait besoin de ce genre d’éléments, ambitieux, loyaux car conscients des privilèges que pourrait leur apporter une telle collaboration, et surtout pour qui les vies humaines lambda n’avaient que peu de valeur. Hisae n’avait pas peur de s’avouer qu’elle était prête à tout pour satisfaire sa soif de contrôle, jusqu’à avoir pouvoir de vie ou de mort sur les participants involontaires de son jeu malsain. Ses parents avaient sans le préméditer créer un monstre à visage de poupée dont le machiavélisme avait eût le temps de grandir et ne demandait qu’à s’épanouir. Murasaki quant à lui ne remarquait absolument rien, bourreau de travail ne détachant que rarement les yeux de son écran d’ordinateur, il se souciait de son épouse comme d’une guigne. Au moins cela leur faisait un point commun, pour l’un comme pour l’autre, ils étaient insignifiants et leur mariage ne fût même pas consommé.

Aucun désir, aucune inclination que ce soit d’un côté ou de l’autre. Cela permettait à Hisae de crapahuter à droite, à gauche pour chercher des collaborateurs et elle trouva une sorte de quartier général qui servirait de couverture au Midnight Wonderland, nul autre que le cabaret acquis par les Murasaki peu de temps après l’occupation américaine. Etant données ses compétences en la matière, Hisae aurait pût charger Chisei d’éliminer son mari mais il faudrait user d’une certaine stratégie qui demandait qu’elle seule s’en occupe. Il fallait juste attendre le moment propice et une nouvelle aubaine précipita les choses. La disparition des Nikaido dans un accident d’avion alors qu’ils revenaient de Jakarta. Dans leur radinerie, ils ne réservaient jamais leurs vols dans les meilleures compagnies, ils ne pouvaient s’en prendre qu’à eux et Hisae fût bien davantage soulagée qu’affectée par leur mort, d’autant plus qu’étant fille unique, elle allait hériter de toute leur fortune ainsi que du manoir londonien où elle avait grandi. Ce fût aussi l’occasion rêvée de parler testament avec son mari pour savoir où il en était. Elle parvint à lui faire cracher qu’il n’avait encore rien rédigé à ce sujet.

Décidément, tout se goupillait à merveille et maintenant que ses parents ne représentaient plus une menace, Hisae était très tentée de passer à l’action. Avec le soutien d’Akane, elle drogua son mari un soir et lui fit signer divers papiers par lesquels il lui léguait les droits de propriété du cabaret ainsi que l’argent de ses comptes respectifs. Ceci-fait, elles le déposèrent toutes deux dans une baignoire pleine et firent tomber un poste radio branché dans l’eau savonneuse. Le parfait meurtre déguisé en bête accident domestique. Avant qu’il ne perde conscience, Hisae et Akane avaient pris soin de gaver Murasaki de saké, de cette manière, même l’autopsie (si elle avait lieue) servirait l’hypothèse de l’accident. La jeune avocate avait veillé à ne laisser aucune trace de son passage dans l’appartement même pas d’empreintes sur les documents qu’elle avait aidé à rédiger. La police ne trouverait pour ainsi dire rien si le beau-père d’Hisae demandait à ce qu’une enquête soit menée.


Chapter III
Jubilee

A 23 ans et des poussières, elle commença donc son carnage silencieux et pût enfin aspirer à cette liberté tant attendue. Avec le soutien de Maître Katagiri, la toute jeune reine de coeur pût récupérer ses biens rapidement et renomma le cabaret, Heart Castle. La première année fût dévolue à quelques travaux au sein du cabaret et au recrutement de plusieurs personnes d’importance telles que Sachiyo, Kaname et Hidemi. Avec leur aide, le jeu imaginé par Hisae pût réellement commencer et rien n’aurait pu davantage la combler. Des petits nouveaux prometteurs furent rapidement intégrer à la « famille » pour pimenter les choses et permettre aussi une meilleure organisation, Shinrei et Shin, cousins de leur état. La jeune Miyako échoua au Heart Castle quelques mois plus tard et devint la protégée d’Hisae tandis que les sœurs Miura, geiko de profession et premières survivantes du jeu se révélèrent des alliées de marque. Chacun trouva la place qui lui convenait et hérita en conséquence d’un nom de code ou surnom renvoyant à l’univers d’Alice au pays des merveilles, des surnoms qui leur convenaient immanquablement de par leur caractère, leurs aptitudes et même leur apparence. Ils allaient réécrire un nouveau mythe avec le sang de leurs nombreuses victimes mais comme Hisae aimait à le dire, la gloire des uns ne pouvait être pérenne que par le sacrifice des autres. Dans son monde, les plus astucieux mériteraient de survivre, mais la grande majorité des pions périrait. Et il n’était certainement pas né, celui qui la mettrait en échec car la reine avait désormais plus d’un cavalier à même de la défendre.

De péripétie en péripétie, inexorablement, le Midnight Wonderland fit son nid, semant la terreur parmi la population de Kyoto d'année en année et contribuant à transformer une ville auparavant joyau du patrimoine japonais en zone de non-droit. Ce ne fût pas gratuit, loin de là et Hisae dû faire face à quelques contre-temps. La perte successive de plusieurs membres de son cercle privé, soit devenus irrécupérables ou de simples traîtres à la couronne ; le sabotage d'un banquet d'Halloween entre les murs du Heart Castle par un psychopathe inconnu, la découverte de l'existence du White Circus et l'accord passé avec ses leaders pour que chacun respecte l'espace vital de l'autre...Et que dire du recrutement des nouveaux membres tels que Suzaku, ancien concurrent de son mari ; Tenma, âme timide pervertie entre les murs du cabaret par l'entremise du Chat du Cheshire, Madoka dont les calculs grotesques l'avaient finalement menée à trouver le terrier du Lapin Blanc...Le châtiment exemplaire réservé à Izaki passant d'ancien bandersnatch déserteur à Dodo amnésique. Autant d’événements qui tinrent notre souveraine occupée mais qui lui firent aussi aspirer à plus de tranquillité d'esprit et de tendresse...

C'est ainsi qu'elle se rapprocha de son garde du corps Sachiyo qui avait toujours nourri des sentiments profonds pour elle, Hisae n'ayant eu d'yeux que pour Izaki à une époque encore récente. Elle trouva auprès de l'As de pique le réconfort et l'amour qui avaient toujours manqué à son existence et il est important de souligner que c'est à lui que la reine de coeur a offert sa virginité. Il leur fut très vite délicat de dissimuler une telle relation au sein du groupe et quand leurs prochaines fiançailles furent annoncées, l'allégresse ne fut pas réellement au rendez-vous.
Depuis quelques temps déjà, Akane soupçonnait l'affaire trouvant Hisae beaucoup trop joviale et distraite, moins concernée par l'avancée du Jeu également. C'est pourquoi elle accueillit la nouvelle avec force amertume jugeant que les sentiments de la reine pour Sachiyo la détournaient de son but premier et finiraient par causer sa perte. Il fallait être sans coeur pour régner efficacement sur un tel empire et non s'ébaudir quant à des projets de mariage...Concilier les deux aurait peut-être pu s'envisager mais pas quand on parlait de quelqu'un comme Hisae qui était gouvernée à tour de rôle par ses sentiments, qu'ils soient néfastes ou bénéfiques. La raison peinait à se faire une place..et c'est pourquoi Akane en était la gardienne, histoire de toujours ramener la reine à peu près dans les clous.
Mais maintenant qu'il était question d'amour, bon sang, quelle calamité !

C'est à partir de là que les rapports entre les deux amies d'enfance et cerveaux du groupe ont commencé à tiédir ; Akane étant à la fois confuse, vexée et déçue par le comportement d'Hisae. Cette dernière ne voulait en effet rien entendre et plaçait son idylle au-dessus de tout, ce qui ne manqua pas commencer à énerver d'autres tenants du Midnight Wonderland dont les rapports avec le "fiancé" étaient plutôt..épineux de base.

Cette petite faille dans le système permit à trois pions de s'en tirer à bon compte et les premiers depuis une suite ininterrompue de morts. Blanche-Neige implora le pardon de la reine en brandissant comme étendard le fait qu'elle attendait un enfant et Hisae ne lui accorda sa liberté qu'au prix du sang du Chat Botté et de son employeur, qui avait précisément mandater la tueuse à gages pour commettre un régicide. La Veuve noire secrètement aidée du Chapelier quant à elle, piégea Alice dans sa toile et demanda sa liberté comme rançon en échange de la vie de la jeune femme. La reine rouge fut contrainte d'accepter et de voir cette intrigante aller se réfugier ensuite dans la fange du Scorpion. Quant au Chaperon Rouge, manipulée par le Chat du Cheshire pour faire ressortir ses côtés les plus noirs, elle fût en mesure de venir à bout du Loup sans l'aide d'un chasseur et gagna "honnêtement" sa sortie de l'échiquier.
Durant cette période, les pions ne furent pas les seuls à jouir d'une chance insolente. Les autres établissements phares du quartier des plaisirs s'épanouirent au point de faire de l'ombre au Heart Castle, en particulier le Black Horse, lieu de perdition et repère des pires ordures aux yeux de sa Majesté. Le Hanamachi ainsi que le White Circus la dérangeaient beaucoup moins, ayant au moins le mérite de se faire discrets et de ne pas mettre de sable dans les rouages si bien huilés du Jeu pour le peu qu'Hisae en savait. Mais il est indéniable que les relations diplomatiques du royaume eurent la vie dure tandis que la reine vivait le presque-parfait amour.


Chapter IV
You reap what you sow...

Et c'est sûrement sous le coup de la frustration, excédée que ses proches n’accueillent pas bien son couple qu'Hisae commit une erreur abyssale dont elle n'aurait jamais idée des conséquences.
Ayant eu vent du lien que le Dodo entretenait avec une péronnelle notoire, la reine n'y consentit pas. Etait-ce pour se venger de tous les détracteurs ? Pour garder Izaki bien calé dans les rangs ? Parce qu'elle craignait que ses souvenirs lui reviennent ? Sûrement un mélange savant de tout cela. Toujours est-il qu'Hisae ordonna au Bandersnatch de supprimer Tinkerbell, la soupirante en question sans prendre la peine de lui donner une chance au sein du Jeu.
Cette cruauté n'eût pour effet que d'en appeler davantage...

Quelques mois plus tard alors qu'une cérémonie de fiançailles allait avoir lieu en bonne et due forme suivant la tradition japonaise pour honorer les époux royaux, l'As de pique fut froidement assassiné. Lui qui s'était jusqu'ici trouvé invincible, protecteur idéal, chevalier des plus compétent et dévoué ; il avait finalement trouvé plus fort que lui.
Et autant dire que la reine n'y crut pas un seul instant quand on lui apprit cette tragédie, pour le coup digne de Shakespeare. Dans son monde, c'était impossible que ce soit arrivé. Ce n'était pas quelque chose qu'elle avait voulu ni même programmé donc ça ne pouvait pas être arrivé. Et pourtant...
Si secrètement le valet de coeur ne déplora pas la perte de l'As de pique, bien au contraire, elle ne fut pas au bout de ses peines en constatant les séquelles sur sa souveraine.
Hisae aurait sans nul doute dû être enfermée dans un établissement spécialisé pour son propre bien car elle fût prise d'accès de démence et de mélancolie qui auraient fait passé un bipolaire chronique pour une personne tout-à-fait équilibrée.

Mais c'est avec leurs moyens que les membres du Midnight Wonderland tâchèrent de limiter la casse, Akane la première estimant qu'il ne s'agirait que d'une phase. Ne quittant donc pas Hisae d'une semelle, elle fut contrainte de demander à Zetsu de la maîtriser à plusieurs reprises, de l'attacher à son lit ; tandis que Chisei surveillait la santé de la reine rouge et se procurait des médicaments à même de la calmer. A l'heure de la mise en bière, Hisae n'était clairement pas guérie mais tint malgré tout à assister à la cérémonie et au banquet funéraire qui s'en suivrait, prouvant au reste du groupe qu'il lui restait assez de lucidité pour ça. Dans la foulée, une invitation à témoigner ou plutôt une convocation, fut adressée à la reine considérée comme seule "proche" de Sachiyo par le commissariat, pour aider à retrouver son meurtrier.

Il était impensable pour Hisae de mettre ne serait-ce qu'un orteil là-bas et pourtant elle s'y sentie contrainte devant les arguments implacables d'Akane. Selon son valet, il était capital pour la reine d'aller flirter avec les enquêteurs en se posant en martyre, les circonstances n'auraient pas pu être plus propices à laver définitivement le Heart Castle et ses occupants de tous soupçons. Bien qu'elle adhère à cette idée dans la forme, Hisae ne se sentait clairement pas en l'état d'assumer une aussi grosse responsabilité. Mais comme à l'habituée depuis quelques temps, Akane lui parût complètement insensible à son désarroi, se préoccupant du sort du royaume uniquement pour y conserver son statut de marque et son petit confort. C'était plus fort qu'elle, aveugler par un deuil trop douloureux, la reine ne voyait pas tous les efforts que son valet pouvait déployer depuis le début pour garder le navire à flots et empêcher Hisae de sombrer avec ce monde dont elle avait accouché et pour lequel elle avait déjà tant donner. Jamais Akane n'aurait laissé le Midnight Wonderland être ainsi ruiné par quelque chose d'aussi futile qu'un béguin, même un béguin d'envergure. Et à partir de là, des heures encore plus sombres s'annoncèrent...


EPILOGUE


"Sick of all these people talking, sick of all this noise...
Tired of all these cameras flashing, sick of being poised...
Now my neck is open wide, begging for a fist around it...
Already choking on my pride, so there's no use crying about it...
I'm headed straight for the castle...
They've got the kingdom locked up...
And I should probably keep my pretty mouth shut..."

Ca ne pouvait plus durer. Hier, personne ne s'était risqué à aller déranger la reine, son valet lui-même jugeant qu'elle avait besoin de repos après sa mascarade.
Mais aujourd'hui, hors de question de la laisser moisir dans son lit, les rideaux tirés. Elle n'était pas n'importe qui et abattue ou non, il était temps qu'elle s'en souvienne.
Akane ne niait pas qu'elle était sévère mais il le fallait, c'était même la seule chance de salut pour Hisae. Se présentant donc devant les appartements de cette dernière, l'avocate ne prit même pas la peine de frapper et entra. Elle avait demander au Charpentier de saboter toutes les serrures accessibles à la reine pour que cette dernière ne s'enferme pas ; Hisae ayant refusé de confier ses clés à quiconque.
Ce bras de fer commençait sérieusement à épuiser le valet de coeur bien qu'elle n'en montre pas grand chose.
Elle lâcha d'ailleurs un profond soupir en pénétrant dans le salon, ô combien sinistre, tout étant plongé dans une obscurité quasi totale. Le fait que tout mobilier fragile ou "dangereux" ait été retiré des lieux contribuait aussi à l'ambiance, c'était indéniable.
Dévoilant une fenêtre pour faire entrer un peu de jour et s'y retrouver, Akane se dirigea ensuite vers la chambre, l'estomac noué en songeant à l'état dans lequel elle allait retrouver la reine.
Evidemment, le plein panier de pâtisseries qu'on lui avait apporté la veille était intact, devant la porte. Le Loir et le Lièvre de Mars s'étaient pourtant donnés du mal pour les faire aussi appétissantes, avec un assortiment de fruits rouges qui avait dû coûter à lui seul une petite fortune, surtout en cette saison.

Dès qu'elle eût poussé la porte, une odeur enivrante et très musquée vint irriter les narines du valet de coeur. Elle savait que la reine avait fait un détour par l'atelier d'Absolem et espérait vivement que cet olibrius ne lui avait pas donné quelque chose de trop fort, auquel elle s'accoutumerait.  Il était attachant certes mais on doutait vraiment parfois de sa capacité à réfléchir comme le commun des mortels...
A mesure qu'elle approchait du lit, le parfum entêtant de la drogue se faisait plus fort semblant embaumer chaque tissu présent dans la pièce...Mais quelle dose Hisae avait-elle pu engloutir pour transformer ainsi sa chambre en fumoir ? Inquiète, Akane écarta les pans de la moustiquaire et découvrit la reine à moitié endormie, le teint presque verdi ; une pipe à eau abandonnée près de son oreiller et une kiseru au creux de sa main droite...tandis que l'urne contenant les restes de l'As de pique était enfermée par son bras gauche. Ca faisait vraiment mal au coeur, à tel point que le valet en arrivait à penser que s'il avait été en son pouvoir de ramener Sachiyo à la vie, elle l'aurait fait nonobstant qu'elle ne l'avait jamais apprécié..

Fait plutôt surprenant, Hisae avait l'air de respirer normalement mais le soulagement d'Akane ne fût que très relatif, surtout quand elle remarqua une trace sombre au coin du nez de la reine...Qu'est-ce que c'était encore que ça ? Passant son index dessus, la valet examina ce qui semblait être une poudre grisâtre, ce n'était pas de la cocaïne fort heureusement et la texture évoquait..de la suie ou des cendres...Non. Elle n'avait pas fait ça...Attrapant un mouchoir en papier sans plus prendre garde à ne pas déranger le sommeil d'Hisae, l'avocate alla gratter avec une certaine précipitation la base d'une des narines de cette dernière...et ce qu'elle récolta lui donna envie à la fois de pleurer à chaudes larmes et de gifler son amie. Du sang et des cendres...Mais pas des cendres ordinaires. C'en était vraiment trop.

Déglutissant car se sentant soudainement dépassée par les événements, Akane rangea précipitamment le mouchoir dans l'une de ses poches de pantalon et extirpa l'urne profanée des mains de la reine y jetant un rapide coup d'oeil pour s'assurer qu'elle n'avait pas inhaler le contenant entier...Clairement, on commençait à marcher sur la tête. Qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir faire de ça ? La garder dans ses propres appartements ou dans son bureau ne lui disait absolument rien. Elle n'avait qu'une envie, tout vider dans la rivière parce qu'il lui restait une once de respect pour les défunts, sinon elle aurait aussi bien pu penser à la cuvette des waters.
Le temps d'y réfléchir, Akane déposa l'urne sur le sofa, ne pouvant se retenir plus longtemps de craquer. Là, ils avaient un sérieux problème.

Quelques minutes plus tard, le valet entendit la reine geindre comme un enfant mal réveillé et s'empressa de mettre un coussin sur l'urne. Hisae se présenta tel un fantôme chancelant dans le couloir.

"-Où est-elle...? Rends-la moi.

-Non Hisae.

-Rends la moi !!!

N'y tenant plus, ses joues trempées de larmes, le valet se rua sur la reine pour la secouer avec fermeté, au bord de l'implosion.

-Tu vas te ressaisir enfin !!! Tu te rends compte de ce que tu as fait ?! Tu t'en rends compte Hisae ?! Regarde-moi !

-Laisse moi tranquille !

Et le geste partit, beaucoup plus violent et rapide que ce que la reine elle-même n'avait envisagé. Une gifle monumentale dont le bruit sembla presque faire trembler les murs de l'appartement et qui marqua la joue du valet de coeur de quatre griffures causées par les ongles d'Hisae. Aucune d'elle ne fût capable d'esquisser un mouvement après ça, chacune semblant mesurer l'ampleur des dégâts sur l'une comme sur l'autre. Finalement, la reine fut la première à vouloir esquisser des excuses mais Akane l'arrêta nette et refusa qu'elle la touche.

-Non. Si tu te complais dans la décrépitude, très bien. Seulement je n'y assisterais pas plus longtemps.

Et pour la première fois, le valet de coeur sembla baisser les bras et rendre son tablier ; exténuée de fournir des efforts pour deux.
Des suites de cette dispute, l'avocate quitta d'ailleurs le cabaret durant quelques semaines ayant grand besoin de vacances.
L'absence soudaine de sa meilleure amie qui ne l'avait quasiment jamais quittée depuis qu'elles étaient petites eût le mérite de faire réfléchir la reine et d'opérer assez miraculeusement un grand changement dans sa manière de gérer la crise. Du jour au lendemain, elle sembla reprendre pied, recommença à s'alimenter normalement...Elle prit rendez-vous chez le tatoueur, chercha un maître en ju-jitsu qui serait en mesure de venir lui donner des cours à domicile. Elle se présenta même à une tea party alors que ça faisait des années qu'elle n'avait plus répondu présente.

Elle sembla enfin se soucier de l'état des autres sans plus se concentrer uniquement sur le sien et nul doute que ça lui fit grand bien. Mais sa bonne volonté avait néanmoins des limites et tout en reprenant peu à peu une vie normale, Hisae se trouva bien incapable de mettre à la benne tout ce qu'elle pouvait conserver de son fiancé. Elle fit cependant un beau pas en avant en ordonnant qu'on scelle l'urne.

C'est métamorphosée qu'elle apparue à Akane quand cette dernière revint au bercail et c'est assez naturellement que les deux amies échangèrent une accolade presque timide semblant contentes de se revoir mais conscientes qu'il leur restait quelques petites choses à régler. Cependant, s'il était bien un sujet sur lequel elles pourraient toujours s'entendre, c'était bien le Midnight Wonderland et sa prospérité qu'elles souhaitaient la plus longue possible. N'en déplaise aux pions, au Black Horse, aux forces de l'ordre...ou à toute autre personne hostile à l'expansion du Royaume. Une nouvelle partie venait de commencer...




♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥  ♥
Sick of all these people talking, sick of all this noise...
Tired of all these cameras flashing, sick of being poised...
Now my neck is open wide, begging for a fist around it...
Already choking on my pride, so there's no use crying about it...
I'm headed straight for the Castle...They wanna make me their Queen...
And I probably shouldn't be so mean...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le Conteur
pnj



profil +

Présentation Validée  



Toutes nos félicitations pour cette validation et REEEEbienvenue parmi nous ! C'est avec grand plaisir que je valide ta superbe fiche, en espérant que tu prendras autant de plaisir à jouer Hisae qu'avant même si celle-ci est définitivement passée du côté obscur 8D J'ai hâte de te revoir rp avec en tout cas !


Begin at the beginning



Afin de ne pas être perdu, laisse-nous maintenant te montrer le chemin. Pour commencer, nous t'invitons à remplir et poster ta fiche de liens, n'hésite surtout pas à faire le tour des autres fiches pour te trouver des compagnons de route. Il est aussi utile d'aller remplir sa fiche de topics pour que tout le monde te suive à la trace -en particulier la reine de coeur et ses sbires-. Une fois ceci fait c'est PARTY HARD !
Si tu en éprouve l'envie, libre à toi d'ouvrir un journal de bord afin de nous faire part des avancées et péripéties que ton personnage aura rencontré.
Tu peux aussi aller lire le Kyôtô Newspaper afin d'être au courant des dernières nouvelles. Bien entendu, si tu préfère regarder ce qu'il se passe plus en profondeur dans ce jeu étrange, tu peux aussi consulter le Midnight Express qui recèle de nombreuses informations et Lewis Carroll pourrait bien fortement apprécier que tu ailles visiter sa boite de pandore  ♥~
En cas de perte de mémoire et de questionnement intempestif, n'hésite pas à refaire un tour dans la chronologie du forum et consulte aussi souvent que tu le souhaites les détails de notre jeu d'échec

Nous te souhaitons un bon jeu en compagnie du Midnight Wonderland et on espère que tu te sentiras comme chez toi ici ! On t'attendra bien entendu sur la CB, dans le Flood et en RP !

Le Staff ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Murasaki Hisae ♥ The One and Only Queen !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arielle Queen, des années plus tard...
» Murasaki Kuroichi Une petite femme au sang chaud [terminé]
» Selene Gallio - The black queen
» lee ◊ don't be a drag, just be a queen
» Barbie Fashion Queen contre Barbie Geek [Swann et quelques moldus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MIDNIGHT WONDERLAND :: Off with their heads :: We're all mad here :: Affaires Classées-